Edito

Travail du dimanche : le patron de Mr Bricolage continue de manipuler les travailleurs et les clients

Manuel Marchal / 28 novembre 2019

JPEG - 64.4 ko

Comme il fallait s’y attendre, la contre-attaque des patrons de Mr Bricolage s’appuie sur les salariés qui s’estiment lésés de ne plus pouvoir travailler le dimanche en raison d’une décision de justice faisant suite à une plainte de la CGTR.

En effet, hier dans le magasin de Sainte-Suzanne, des travailleurs arboraient des badges où était écrit : « Laissez-nous travailler le dimanche ». De deux choses l’une : soit ces salariés ont cédé à la pression patronale en cherchant à montrer leur solidarité avec leur employeur dans un contexte de chômage massif, soit ils sont convaincus que le travail le dimanche est indispensable pour leur garantir un pouvoir d’achat suffisant leur permettant de consommer dans une société capitaliste.

Hier également, des clients ont fait part de leur soutien à cette campagne de communication. Ils estiment que la fermeture de ce commerce le dimanche est une atteinte à la liberté de travailler. Cela permet de dire que le coup des patrons de Mr Bricolage a bien marché sur eux. Cette campagne s’appuie en effet sur l’émotion, et sur l’immédiat. En effet, dans l’immédiat, les salariés « volontaires » pour prendre leur poste le dimanche et les étudiants employés ce jour-là n’ont pas d’autre solution de remplacement.

Ceci souligne combien la lutte est difficile. Car le fond du problème, ce sont les salaires insuffisants qui amènent des travailleurs à sacrifier leur dimanche pour arrondir leurs fins de mois. Ce sont aussi les bourses trop faibles qui obligent des étudiants à chercher une autre source de revenu pour tenter d’étudier dans des conditions décentes. Changer cette situation suppose donc d’agir, et de prendre le risque de faire grève et de manifester si le patron refuse de négocier, ou si le gouvernement continue de casser les services publics, notamment celui de l’Université.
Cela rappelle l’importance de la prise de conscience. Elle s’appuie notamment sur la connaissance de l’histoire de La Réunion, et sur l’étude des phénomènes économiques. Mais ce sont autant de sujets qui sont négligés dans le système éducatif ou dans les médias. Cette méconnaissance est le terreau sur lequel s’appuie le patronat, aidés par le pouvoir, pour mettre en concurrence les travailleurs et casser les droits des salariés afin de faire le maximum de profits.

M.M.