Edito

Un 19 Mars pas comme les autres

LB / 19 mars 2009

Comme le dit le P.C.R. dans son communiqué publié hier par "Témoignages", la mobilisation massive des Réunionnais aujourd’hui à Saint-Denis et à Saint-Pierre « sera la meilleure façon de célébrer la journée historique du 19 mars 1946. Le combat des Réunionnais pour obtenir il y a 63 ans le vote de la loi ayant aboli le statut colonial de La Réunion avait comme priorité de lutter contre la misère affreuse qui frappait la grande majorité de la population. Fidèles à ce combat, toutes et tous ensemble dans la rue ce jeudi ! ».
Outre la lutte pour des mesures d’urgence face aux injustices sociales qui continuent de frapper La Réunion, cette mobilisation s’inscrit dans la continuité du combat des Réunionnais pour en finir avec les survivances de la période coloniale. Car les exemples de ces survivances ne manquent pas.

Ainsi, comment imaginer qu’un préfet puisse décider de s’auto-inviter dans des journaux télévisés pour faire toute une mise en scène afin de tenter d’obliger des représentants de la population à signer un protocole d’accord complètement bidon ? Sur le fond comme sur la forme, c’est très grave et inacceptable, on est hors de l’État de Droit.
Et ce qui donne un côté surréaliste à cette affaire, c’est que des représentants de ces médias osent dire publiquement qu’ils remercient le préfet d’avoir répondu à leur invitation ! Comme quoi, la lutte doit continuer pour des journaux, radios et télévisions réellement libres, au service de la liberté des Réunionnais, en particulier la liberté de bâtir un autre modèle de développement que celui imposé depuis plus de 60 ans.

Lorsqu’on voit la dernière version du projet de protocole d’accord conclu entre le préfet et le MEDEF, on se rend compte à quel point les plus pauvres sont sacrifiés, leur argent détourné pour le grand capital, des menaces créées sur l’emploi dans certains secteurs, etc… Un tel projet est donc inacceptable car trop injuste.
D’importants progrès ont pu être réalisés depuis le vote de la loi Vergès-Lépervanche et grâce aux luttes pour le respect de cette loi. Mais vu le travail qu’il reste à accomplir pour faire respecter les Réunionnais, les manifs d’aujourd’hui feront de ce jour un 19 Mars pas comme les autres.

L. B.