Edito

Un préfet dépassé face à la montée de la pandémie

David Gauvin / 11 février 2021

Le préfet a annoncé des mesures hier pour faire face à la montée de la pandémie. Le compte n’y est pas. Le préfet n’est plus capable de gérer la montée de la pandémie.

JPEG - 13.7 ko

En premier, il annonce la mise en place d’un couvre feu pour les communes de St Leu, Le Port, St Louis et La Possession. Il sera mis en place de 22h à 5h et serait justifié par le dépassement de seuil. Mais on peut se questionner sur la pertinence de cette mesure. Tout d’abord, il n’y a généralement aucun brassage de population pendant cette plage horaire sauf dans les établissement de nuit et les lieux où l’on travaille la nuit. Ensuite, la géographie est telle que les échanges de population concernent tout le bassin ouest et non une partie. Cela voudrait dire que la population du Port et de La Possession n’a aucun contact avec celle de St Paul. A trop vouloir être contempteur des potentats locaux, on oublie la réalité des déplacements dans les zones urbaines.

En second, il annonce la fermeture des trois centres commerciaux de plus de 20 000 m2. C’est laisser penser que la population court plus de risque dans les centres commerciaux de plus de 20 000m2 que dans ceux de moins de 20 000. C’est certainement dans la tête des décideurs coupés de la vie réelle que l’on peut le penser. Mais aussi, cela veut dire que distanciation sociale, port du masque et désinfection ne sont pas si utiles que ça.

Ailleurs, les mesures sont différentes et ont prouvé leur efficacité. Les Seychelles ont réussi à protéger leur îles du Covid. Il en est de même pour le Vietnam qui avait déjà vaincu le SRAS en 2005. Mais on continue à adopter une stratégie perdante, ou il semble que ce n’est en fait qu’une stratégie de communication, voir une diversion sur les vrais problèmes. La stratégie est simple, arrêter les flux extérieurs, tester la population et mettre en sécurité les malades.

Le préfet a parlé de "France de l’Océan Indien". Et là est le fond de la difficulté. La situation de Mayotte est tellement catastrophique, qu’on est obligé de faire de la Réunion la base de soutien pour Mayotte. C’est pourquoi l’aéroport ne sera pas fermé, et que les moyens hospitaliers seront réorientés pour les patients de Mayotte. D’ailleurs les vols ont été augmentés malgré le retour des "motifs impérieux" et les évacuations sanitaire ont doublé et sont prêt à être quadruplées. Nous sommes pour la solidarité, mais pas contre nos intérêts. Nous ne sommes pas responsable de l’incurie de l’Etat à Mayotte. Il est temps que les moyens médicaux de l’armée soit déployés en urgence à Mayotte et que l’on sauvegarde nos capacités de soin.

"La sagesse qu’un sage cherche à communiquer à toujours un air de folie." Hermann Hess

Nou artrouv’

David Gauvin