Edito

Un Réunionnais mutilé lors d’une opération de police victime d’un déni de justice

J.B. / 8 novembre 2018

JPEG - 13.7 ko

Dans son édition d’hier, le « JIR » est revenu sur l’action en justice intentée contre la police par un Réunionnais mutilé pendant une opération de répression. En février 2012, Jimmy Gazar venait de rendre visite à sa famille pour voir si tout allait bien. En effet, ce soir-là, des affrontements avaient lieu entre des policiers et des habitants du Chaudron. C’est sur le chemin du retour à son domicile qu’il fut la cible de policiers. Touché par un projectile, il perdit un œil. Depuis, l’institution judiciaire refuse de reconnaître la responsabilité de la police dans ce drame. Fait encore plus grave : Jimmy Gazar est accusé d’avoir jeté des galets sur des policiers et devra en répondre devant un tribunal.

La version des policiers était la suivante : Jimmy Gazar serait tombé et c’est dans la chute qu’il aurait perdu son œil. Son avocat, Me Boniface, rappelle qu’une telle éventualité est impossible, car aucune trace de blessure causée par une chute n’a été relevée sur le visage de la victime. De plus, un rapport de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) contredit la version des fonctionnaires dépositaires de l’ordre public impliqués dans cette affaire. Le « JIR » précise que selon l’IGPN, Jimmy Gazar a été blessé par un éclat de grenade de désencerclement, une arme à disposition des policiers. Se pose alors la question des conditions d’engagement de cette arme, car les policiers n’étaient pas encerclés.

En dépit de tous ces éléments, l’institution judiciaire a conclu la plainte de Jimmy Gazar par un non-lieu, affaire classée. Le seul recours est la Cour de cassation. Mais faire valoir ses droits à la justice coûte cher, et il n’est pas sûr que la victime puisse réunir des fonds suffisants pour avoir le droit de faire entendre son point de vue.

De tels faits surviennent quelques jours après que des affrontements impliquant des policiers et des jeunes sont survenus dans plusieurs communes de La Réunion. Le déni de justice subi par un Réunionnais mutilé pendant une opération de police amène à poser la question du degré de confiance vis-à-vis des décisions de justice découlant des actions intentées contre les personnes interpellées au cours de ces échauffourées. Car même lorsque l’IGPN établit clairement la responsabilité de policiers dans la mutilation d’un Réunionnais, l’institution judiciaire décide de ne pas en tenir compte.

J.B.