Edito

Un vieux scientifique à la pointe du combat pour nourrir le monde.

Ary Yée Chong Tchi Kan / 12 septembre 2019

Yuan Longping est le “père du riz hybride” en Chine. Il a déclaré le 5 septembre 2019 que son équipe va faire une annonce importante le mois prochain : un rendement de 18 000 kilogrammes à l’hectare. Partis d’une sélection variétale depuis 1996, les chercheurs ont établi record sur record pour atteindre ce résultat de 18 tonnes à l’hectare.

Cette information intéresse La Réunion à 2 titres.
1-La préparation du “projet agricole global” proposé par le gouvernement. Dépôt : Juillet 2020.
2-Le débat sur l’autosuffisance alimentaire.

L’un des objectifs contenu dans le Plan de Survie publié par le PCR en 1975 visait l’autosuffisance alimentaire. A l’époque, le quota sucrier accordé à La Réunion était calculé sur la base d’une tonne de sucre par habitant, soit 300 000 t. Cet objectif n’a jamais été atteint. La décision européenne de supprimer le régime de quotas sucrier et de garantie des prix payés aux planteurs conduira à l’effondrement du principal produit d’exportation. Voilà où conduit la bêtise des politiques qui pensent qu’une société peut vivre à partir de la spécialisation d’un produit phare.

Le PCR a toujours prôné la diversification. Auparavant, les planteurs faisaient de l’intercalaire dans les champs de canne. La mécanisation a tué ce savoir-faire Réunionnais. Aujourd’hui, certaines voix s’élèvent pour demander la suppression totale de la canne. La sagesse serait de viser l’autosuffisance alimentaire. Le foncier n’est pas un problème.

En effet, Yuan Longping apporte un argument essentiel. Suivant son résultat, on atteindrait largement les 25 000 tonnes avec seulement 1500 ha (1500ha x 18 t = 27 000 t) . Or, nous avons un stock de 5 000 ha en friches.

Le vieux scientifique chinois rêve de pouvoir partager sa variété de riz avec le monde entier. Il a déclaré que “Si 50% des rizières dans le monde étaient plantées en hybrides, la production de riz pourrait augmenter de 2 tonnes supplémentaires par hectare, ce qui permettrait d’alimenter environs 500 millions de personnes supplémentaires”. Le scientifique a déclaré qu’il avait encore deux rêves en tête : améliorer le rendement moyen du riz hybride et partager la variété de riz avec le monde.

« Si 50% des rizières dans le monde étaient plantées en hybrides, la production de riz pourrait augmenter de 2 tonnes supplémentaires par hectare, ce qui permettrait d’alimenter environ 500 millions de personnes supplémentaires », a affirmé M. Yuan.

Ary YEE CHONG TCHI KAN