Edito

Une rentrée sans passion et sous pression

Julie Pontalba / 14 août 2020

JPEG - 96.8 ko
Photo d’archives Toniox

La rentrée des classes est un moment exceptionnel dans notre parcours de vie. Passé le portail de l’école, les enfants quittent les parents pour vivre les retrouvailles avec les autres camarades, les professeurs, le personnel administratif et de la cantine. C’est l’excitation de la rentrée.

Nouveaux habits, effets neufs, nouveaux professeurs, nouvelle classe, … L’effervescence est visible et palpable, surtout depuis que les commerçants ont anticipé les achats de rentrée scolaire. Les primes versées par le gouvernement permettent aux parents de faire le nécessaire avant la rentrée et avec moins de stress. Cette année le premier ministre a annoncé un supplément de 100 euros, à cause du Covid. En absence de chiffres officiels, nous pouvons dire que plus de la moitié des écoliers réunionnais percevront cette prime car les conditions de ressources sont inférieures aux plafonds fixés. Pour un enfant à charge, ce plafond est de 25093 euros ; pour 2 enfants, c’est 30883 euros etc. Le montant est de 469,95 pour un enfant âgée de moins de 10 ans ; il est de 490,35 pour un enfant âgé de 11 à 14 ans et de 503,88 pour 15 ans à 18 ans.

Tout aurait pu se faire comme d’habitude et le mieux du monde mais c’était sans compter avec la propagation du Covid-19 dans notre île. Le 15 mars dernier lorsque la décision a été prise de fermer toutes les écoles, puis l’aéroport, nous n’avions que quelques cas et tous importés. À l’heure actuelle nous avons dépassé les 500 cas et l’inquiétude grandit au fur et mesure que la rentrée approche. Malgré les précautions prises et une population assez respectueuse des restrictions, le virus est actif. A Saint Denis, des écoles à Sainte Clotilde et bas de la Rivière ont dû reporter la rentrée. Cette décision, incontestablement juste, nous montre que la vigilance est constante. Nous ne verrons pas cette année une rentrée sans pression…

Julie Pontalba