Edito

Vers le déconfinement des mentalités

David Gauvin / 23 mai 2020

JPEG - 77.9 ko

Le 11 mai, après presque deux mois de confinement, le pouvoir lève la mesure restrictive de liberté.
Le confinement peut se définir comme l’ensemble des mesures restrictives de liberté permettant la mise en protection d’une population face à un risque. La notion de confinement est corrélée par la notion de barrière. Ce néologisme est usité en général dans les centrales nucléaires, il démontre l’ampleur de la crise.

Nous avons assisté au bal des hypocrites appelant sans cesse le pouvoir central au secours. Cette logique que l’on a inscrit dans notre inconscient nous infantilise.
Mais qu’on fait les représentants du gouvernement sur place ; attendre l’aval de Paris pour décider la fermeture de l’aéroport ; attendre l’aval de Paris pour donner les chiffres quotidiens, attendre l’aval de Paris pour organiser la reprise de l’école… et toujours en niant un fait indéniable, nous sommes une île à 10 000 Km de Paris avec ses fragilités mais aussi ses forces dans le cadre d’une crise de cette ampleur. Il aurait suffi d’organiser une barrière sanitaire stricte comme le faisait nos anciens.
Mais, si la crise n’a pas été aussi forte qu’estimée, c’est que sans attendre l’aval des autorités, les Réunionnais se sont organisés eux même.

Certain ont commencé à fabriquer des masques en tissus, car on ne pouvait pas nous en fournir. Les imprimeurs ont tout de suite réorienté leur production vers celle de dispositif de protection de la population. Les agriculteurs se sont organisés pour livrer leur production en direct. Les magasins se sont mis au commerce en ligne à grande ampleur. Les fabricants de rhum ont produit de la lotion hydroalcoolique. Les parents sont devenus enseignants et les enseignants les ont accompagnés au mieux qu’ils ont pu malgré la faillite de l’éducation nationales et de ses outils. Chacun a son niveau a fait preuve d’inventivité et d’audace.
Et le pouvoir parisien, pris de vitesse par l’intelligence collective réunionnaise n’a pas pu nous infantiliser comme il en a l’habitude. Nous avons prouvé, la, que nous sommes mûrs pour prendre en main notre destin en respectant les lois de la République.

Aujourd’hui, c’est l’heure du déconfinement mental, car nous avons prouvé que nous sommes capables de prendre en main notre destin et que les orientations hors sol venu de Paris ne sont là que pour nous rabaisser. Il est de la responsabilité d’une génération montante de déconfiner les esprits pour libérer l’énergie créatrice du peuple réunionnais.
Victor Hugo nous a laissé dans « choses vues » une citation de circonstance
« Un petit peuple libre est plus grand qu’un grand peuple esclave »

Nou artrouv
David Gauvin