Edito

Viaduc de la NRL : expérimentation audacieuse

J.B. / 24 novembre 2017

JPEG - 31 ko

La Région compte organiser ce week-end des visites du chantier de la route en mer, dite nouvelle route du littoral ou NRL. Nul doute que les visiteurs seront sensibilisés sur la nature unique de ce projet, par son ampleur, sa situation et aussi son coût. Mais il est un point à souligner : sa nature expérimentale.

En effet, la route en mer se situe comme son nom l’indique dans le domaine maritime. La géologie de La Réunion est connue, c’est une île volcanique. Elle s’est construite sur la superposition de coulées volcanique qui ont fait émerger une montagne du fond des océans. Comme partout ailleurs à La Réunion, la zone entre La Possession et Saint-Denis est donc constituée de coulées de lave.

Le retard pris par le chantier en raison de deux piles récalcitrantes a rappelé le défi de la construction d’un tel ouvrage. Ainsi, le viaduc ne repose pas directement sur des roches sédimentaires dans lesquelles des fondations auraient été creusées sur plusieurs dizaines de mètres de profondeur. Pour cela, il aurait fallu faire d’importants forages qui auraient eu de lourdes répercussions pour l’environnement. Une autre technique a été trouvée. Bouygues et Vinci ont décidé d’utiliser la masse des piles pour obtenir en dessous une densification d’un matériau instable, une ancienne coulée de lave. Mais au large d’un cap, le soubassement prévu pour accueillir le viaduc était encore plus instable qu’ailleurs. Il a donc fallu couler du béton pour y poser les deux piles en question.

Dans l’immédiat, ces piles sont bien arrimées. Mais qu’en sera-t-il quand au bout de plusieurs années, le flux et le reflux de la mer ainsi que la houle cyclonique auront fait leur ouvrage ? Les concepteurs peuvent-ils garantir une stabilité à toute épreuve de piles posées dans d’anciennes coulées volcaniques dans une île soumise aux cyclones ? Et si tel n’est pas le cas, combien coûtera l’entretien de ces piles lorsqu’il faudra compenser par des travaux sous-marins l’impact d’un élément dynamique qui sera toujours là, à savoir l’océan ? Le problème de l’affouillement des piles d’un pont est bien connu, c’est ce phénomène qui a entraîné l’écroulement du viaduc de la rivière Saint-Etienne en quelques décennies, et c’est ce qui pousse notamment au remplacement du pont métallique de la rivière des Galets par un autre ouvrage.

La NRL a donc bien un viaduc aux pieds d’argile. C’est une expérimentation bien audacieuse de Bouygues et Vinci payée par les contribuables réunionnais. C’est pourquoi une question se pose : est-ce aux Réunionnais de prendre en charge une première aussi osée ?

J.B.