Edito

Vol MH370 Malaysia Airlines abattu par un missile ? Les États-Unis doivent dire la vérité

J.B. / 13 janvier 2020

JPEG - 13.7 ko

Cela va bientôt faire 6 ans que le vol MH370 Malaysia Airlines a disparu avec 239 personnes à bord dont une majorité de Chinois. Elles avaient pris place dans un avion devant les amener de Kuala Lumpur en Malaisie à Pékin. Selon les éléments rendus publics, l’avion a changé de trajectoire après son décollage, l’amenant à prendre une route à l’opposé de sa destination. Il volait au-dessus de l’océan Indien. Seuls des fragments de l’appareil ont été à ce jour retrouvé, bien après la disparition, et sur les côtes occidentales de l’océan Indien, notamment à La Réunion et à Madagascar.

Personne ne peut ignorer que se trouve en plein cœur de l’océan Indien la plus puissante base militaire des États-Unis située en dehors de leur territoire. Difficile de croire que les militaires de cette base n’aient pas une idée de l’endroit précis où le Boeing 777 du vol MH370 de Malaysia Airlines. Car s’ils sont là, à Diego Garcia, c’est justement parce que cette base permet à un pays, les États-Unis, de contrôler tout l’océan Indien grâce aux moyens de détection mis à disposition de ces militaires. Autrement dit, si l’armée américaine ne dit rien, n’a-t-elle pas quelque choses à cacher ? N’oublions pas qu’un avion iranien avait été abattu « par erreur » par un missile tiré du navire militaire USS Vincennes pendant le guerre Iran-Irak. A ce jour, aucune information ne permet d’écarter l’hypothèse selon laquelle le vol MH370 a été abattu par un missile américain, l’épave et les boîtes noires n’ayant encore jamais été retrouvées... officiellement.

Ce besoin de transparence est encore plus grand après la conférence de presse tenue par l’état-major iranien. Ce dernier a donné l’explication du crash d’un avion ukrainien peu après son décollage de l’aéroport de Téhéran la semaine dernière. Selon la branche aérospatiale des Gardiens de la Révolution iraniens, l’avion civil a été confondu avec une cible militaire. Ce soir là, l’armée iranienne était en alerte à cause des menaces de guerre lancées par le président des Etats-Unis, et appuyées par l’assassinat en Irak d’un des principaux responsables de l’armée iranienne.
A peine l’avion écrasé avec 178 victimes à bord, Washington entretenait la thèse selon laquelle l’avion aurait été abattu « par erreur » par un missile. C’est la version qui a été confirmée par les autorités iraniennes. Washington a donc à sa disposition des moyens de savoir si un avion a été touché par un missile dans un pays étranger.
L’attitude des autorités iraniennes est un exemple à suivre pour l’armée des Etats-Unis. Elle doit maintenant de toute urgence rendre publique toutes les informations enregistrées par la base militaire de Diego Garcia le jour de la disparition du vol MH370 de la Malaysian Airlines. Faute de cela, le maintien du silence rappellera la véritable nature du régime de Trump.

J.B.