Edito

Vote de confiance et premier reniement

J.B. / 5 juillet 2017

JPEG - 13.7 ko

Au lendemain du discours du président de la République devant le Congrès, le Premier ministre a prononcé la déclaration de politique du gouvernement devant les députés. Contrairement à la veille, cette déclaration donne lieu à un vote avec les explications qui les accompagnent.

Sans aucune surprise, Edouard Philippe a décliné le programme de campagne d’Emmanuel Macron. Il a notamment évoqué la remise en cause du Code du Travail qui s’effectuera par voie d’ordonnances, et a rappelé que d’importantes économies seront faites sur les dépenses publiques car il n’est pas question d’augmenter les impôts payés par les plus riches. Au terme de ce discours, les députés ont voté. Le résultat du scrutin est public. Les 7 députés de La Réunion se sont donc clairement exprimés. Ont voté contre Huguette Bello et Jean-Hugues Ratenon, a voté pour Thierry Robert. Les autres députés se sont abstenus.

Le vote des députés LR n’est pas surprenant. S’ils font partie d’un groupe qui se présente comme le plus important de l’opposition, force est de constater que le programme d’Emmanuel Macron se rapproche des mesures inscrites dans les engagements des candidats à la primaire de la droite. Celui de Thierry Robert non plus, car lors de la présidentielle il s’était présenté comme le représentant d’Emmanuel Macron à La Réunion et était candidat à un poste de ministre.

Ce qui est beaucoup plus surprenant est le vote d’Ericka Bareigts. Lors de la campagne des législatives, elle avait affirmé qu’elle allait faire partie de la majorité présidentielle. Elle avait fait toute sa campagne sur ce thème. D’ailleurs, LREM, le parti d’Emmanuel Macron, n’avait pas présenté de candidat dans la circonscription d’Ericka Bareigts qui a donc pu profiter à plein de la dynamique de la présidentielle pour se faire réélire. Certains avaient même parlé d’elle comme ministre des Outre-mer en cas de défaite d’Annick Girardin aux législatives. Aussi étonnant que cela puisse paraître, l’ex-ministre n’avait pas choisi de siéger dans le groupe LREM comme Manuel Valls. Le vote d’hier est de la même veine. Elle a en effet refusé d’accorder sa confiance au gouvernement car elle n’a pas voté pour. Contrairement à tous ses engagements pris lors des élections législatives, Ericka Bareigts ne fait donc pas partie de la majorité présidentielle. Qu’en pensent les électeurs qui lui ont fait confiance ?

J.B.