Santé

« 1 produit médical sur 10 dans les pays en développement est inférieur aux normes ou falsifié »

Organisation mondiale de la Santé

Témoignages.re / 2 décembre 2017

Selon une nouvelle étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 1 produit médical sur 10 circulant dans les pays à revenu faible ou intermédiaire est soit inférieur aux normes, soit falsifié.

JPEG - 31.7 ko
Photo Phovoir

Cela signifie que les gens prennent des médicaments qui ne traitent pas ou ne préviennent pas la maladie. Non seulement est-ce un gaspillage d’argent pour les individus et les systèmes de santé qui achètent ces produits, mais les produits médicaux de qualité inférieure ou falsifiés peuvent causer des maladies graves ou même la mort, a déclaré l’OMS mercredi. « Les médicaments de qualité inférieure et falsifiés touchent particulièrement les communautés les plus vulnérables », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. « Imaginez une mère qui donne de la nourriture ou d’autres besoins de base pour payer le traitement de son enfant, ignorant que les médicaments sont de qualité inférieure ou falsifiés, et que ce traitement fait mourir son enfant. Cela n’est pas acceptable. Les pays ont convenu de mesures au niveau mondial - il est temps de les traduire en actions tangibles ».

Depuis 2013, l’OMS a reçu 1 500 notifications de cas de produits de qualité inférieure ou falsifiés. Parmi ceux-ci, les antipaludéens et les antibiotiques sont les plus fréquemment rapportés. La plupart des rapports (42 %) proviennent de la Région africaine de l’OMS, 21 % de la Région OMS des Amériques et 21 % de la Région européenne de l’OMS. L’OMS a déclaré dans un communiqué que cela ne représente probablement qu’une petite fraction du problème total et que de nombreux cas pourraient ne pas être signalés. Par exemple, seulement 8 % des notifications de produits de qualité inférieure ou falsifiée à l’OMS provenaient de la Région OMS du Pacifique occidental, 6 % de la Région OMS de la Méditerranée orientale et seulement 2 % de la Région OMS de l’Asie du Sud-Est.

« Beaucoup de ces produits, comme les antibiotiques, sont vitaux pour la survie et le bien-être des gens », a déclaré le Dr Mariangela Simão, Directeur général adjoint pour l’accès aux médicaments, aux vaccins et aux produits pharmaceutiques à l’OMS. « Les médicaments de qualité inférieure ou falsifiés ont non seulement un impact tragique sur les patients et leurs familles, mais ils constituent également une menace pour la résistance aux antimicrobiens, ajoutant à la tendance inquiétante des médicaments qui perdent leur pouvoir de traitement ».

Génériques et brevetés concernés

Avant 2013, il n’y avait aucun rapport global de cette information. Depuis que l’OMS a mis en place le Système mondial de surveillance et de monitoring des produits de qualité inférieure et falsifiés, de nombreux pays sont désormais actifs dans la déclaration des médicaments, des vaccins et des dispositifs médicaux suspects. L’OMS a formé 550 régulateurs de 141 pays pour détecter et résoudre ce problème. Plus de personnes sont formées, plus de cas sont signalés à l’OMS. Le communiqué indique que l’OMS a reçu des rapports de produits médicaux de qualité inférieure ou falsifiés allant du traitement du cancer à la contraception. Ils ne se limitent pas à des médicaments de grande valeur ou à des marques connues et se répartissent presque également entre les produits génériques et les produits brevetés.

Parallèlement au premier rapport du Système mondial de surveillance et de monitoring publié mercredi, l’OMS publie des résultats de recherche estimant un taux d’échec de 10,5 % pour tous les produits médicaux utilisés dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Cette étude a été basée sur plus de 100 articles de recherche publiés sur des enquêtes de qualité des médicaments menées dans 88 pays à revenu faible et intermédiaire impliquant 48 mille échantillons de médicaments. Le manque de données précises signifie que ces estimations ne sont qu’une indication de l’ampleur du problème. Davantage de recherches sont nécessaires pour estimer avec plus de précision la menace que représentent les produits médicaux de qualité inférieure ou falsifiée.

Basé sur des estimations de 10 % de médicaments de qualité inférieure et falsifiés, un exercice de modélisation développé par l’Université d’Edimbourg estime que 72 mille à 169 mille enfants meurent chaque année d’une pneumonie due à des antibiotiques de qualité inférieure ou falsifiés. Un deuxième modèle de l’École d’hygiène et de médecine tropicale de Londres estime que 116 mille (64 000 - 158 000) décès supplémentaires dus au paludisme pourraient être causés, chaque année, par des antipaludéens de qualité inférieure en Afrique subsaharienne, avec un coût de 38,5 millions aux patients et aux fournisseurs de soins de santé pour d’autres soins en raison de l’échec du traitement.

Mondialisation et santé

Le communiqué a déclaré que les produits médicaux sous-standard atteignent les patients lorsque les outils et la capacité technique pour faire respecter les normes de qualité dans la fabrication, l’approvisionnement et la distribution sont limités. D’autre part, les produits falsifiés ont tendance à circuler là où une réglementation et une gouvernance inadéquates sont aggravées par une pratique contraire à l’éthique par les grossistes, les distributeurs, les détaillants et les travailleurs de la santé. Une proportion élevée de cas signalés à l’OMS survient dans des pays ayant un accès limité aux produits médicaux.

L’OMS a déclaré que les modèles d’achat modernes tels que les pharmacies en ligne peuvent facilement contourner la surveillance réglementaire. Ceux-ci sont particulièrement populaires dans les pays à revenu élevé, mais davantage de recherches sont nécessaires pour déterminer la proportion et l’impact des ventes de produits médicaux de qualité inférieure ou falsifiée. L’OMS a déclaré que la mondialisation rendait plus difficile la réglementation des produits médicaux. De nombreux falsificateurs fabriquent et impriment des emballages dans différents pays, transportant des composants vers une destination finale où ils sont assemblés et distribués. Parfois, des sociétés offshore et des comptes bancaires ont été utilisés pour faciliter la vente de médicaments falsifiés. « Le résultat est que c’est un problème mondial », explique le Dr Simão. « Les pays doivent évaluer l’étendue du problème chez eux et coopérer à l’échelle régionale et mondiale pour empêcher le trafic de ces produits et améliorer la détection et la riposte ».