Santé

650.000 morts de la grippe chaque année

Des décès qui pourraient être évités

Témoignages.re / 15 décembre 2017

Selon les nouvelles estimations des Centers for Disease Control and Prevention des Etats-Unis (US-CDC), de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de la communauté internationale, 650.000 décès annuels sont associés à des maladies respiratoires dues à la grippe saisonnière.

JPEG - 11.6 ko

Cela représente une augmentation par rapport à l’estimation mondiale précédente de 250.000 à 500.000, qui date de plus de 10 ans et couvre tous les décès liés à la grippe, y compris les maladies cardiovasculaires ou le diabète.

La grippe saisonnière est une infection virale aiguë qui se propage facilement d’une personne à l’autre et circule dans le monde entier. La plupart des gens guérissent en moins d’une semaine sans avoir besoin de soins médicaux. Les maladies respiratoires courantes liées à la grippe saisonnière qui peuvent causer la mort comprennent la pneumonie et la bronchite.

Les nouveaux chiffres de 290.000 à 650.000 décès sont basés sur des données plus récentes provenant d’un groupe de pays plus vaste et plus diversifié, y compris les pays à revenu intermédiaire inférieur et excluent les décès dus aux maladies non respiratoires, a déclaré l’OMS jeudi. « Ces chiffres indiquent le lourd fardeau de la grippe et ses coûts social et économique substantiels pour le monde », a déclaré le Dr Peter Salama, Directeur exécutif du Programme des urgences sanitaires de l’OMS. « Ils soulignent l’importance de la prévention de la grippe pour les épidémies saisonnières, ainsi que la préparation aux pandémies ».

« Travailler ensemble »

Le communiqué indique que les estimations tiennent compte des conclusions d’études récentes sur la mortalité respiratoire due à la grippe, notamment une étude menée par les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis (US-CDC), publiée jeudi dans The Lancet. Selon les US-CDC, la plupart des décès surviennent chez les personnes âgées de plus de 75 ans et dans les régions les plus pauvres du monde. L’Afrique subsaharienne représente le plus grand risque de mortalité par la grippe au monde, suivie de près par la Méditerranée orientale et l’Asie du Sud-Est.

« Tous les pays, riches et pauvres, grands et petits, doivent travailler ensemble pour contrôler les flambées de grippe avant l’arrivée de la prochaine pandémie. Cela inclut le renforcement des capacités de détection et de riposte aux épidémies et le renforcement des systèmes de santé pour améliorer la santé des personnes les plus vulnérables et les plus à risque », a déclaré le Dr Salama. Presque tous les décès d’enfants de moins de cinq ans atteints d’infections des voies respiratoires inférieures liées à la grippe se produisent dans les pays en développement, mais les effets des épidémies de grippe saisonnière sur les plus pauvres ne sont pas entièrement connus.

L’OMS a indiqué qu’elle travaille avec des partenaires pour évaluer le fardeau mondial de la grippe en fournissant des conseils et une expertise aux Etats membres pour mesurer le fardeau de la grippe et ses conséquences économiques.

Mesures de prévention

D’autres études de surveillance et de laboratoire portant sur d’autres maladies telles que les maladies cardiovasculaires, qui peuvent être liées à la grippe, devraient produire des estimations sensiblement plus élevées au cours des prochaines années.

L’OMS a déclaré qu’elle encourage également les pays à donner la priorité à la prévention de la grippe et à produire des estimations nationales pour éclairer les politiques de prévention. La vaccination annuelle contre la grippe est recommandée pour prévenir les maladies et les complications de l’infection grippale. La vaccination est particulièrement importante pour les personnes à risque plus élevé de complications grippales graves et de décès, ainsi que pour les agents de santé.
Le groupe de travail sur le syndrome grippal de l’OMS comprend des experts de l’Institut indien des sciences médicales, de l’Université nationale de Singapour, de l’Institut national des maladies transmissibles d’Afrique du Sud, du CDC des Etats-Unis, de l’Universidad del valle du Guatemala et de l’Université d’Edimbourg.