Santé

A propos du futur hôpital de Mayotte : ce n’est pas le jour de la chasse qu’on achète le chien

Coronavirus et pénurie de lits de réanimation

Georges Gauvin / 1er mars 2021

Mes amis, je n’ai pas cessé depuis un an, dans Témoignages, comme d’autres dans d’autres médias de réclamer un hôpital militaire à Mayotte. Je me suis étonné depuis le premier jour de l’inégalité de traitement entre les territoires de l’outre-mer et ceux qui se trouvent au sein de La France... Apparemment ce qui est faisable et a été fait à Mulhouse posait problème à Mayotte je me suis toujours dit qu’un pays, comme La France, qui a pris la responsabilité de violer le droit international de la décolonisation devait au moins équiper le pays objet de sa convoitise dans tous les domaines dont celui de la santé.

JPEG - 90.4 ko

Chacun sait que Mayotte est sous équipée notamment sur le plan santé et que la création d’un nouvel hôpital relevait d’une urgence vitale pour le territoire. Pour résoudre cet épineux problème sans trop dépenser, le gouvernement avait décidé-malgré les conditions qui sont celles que l’on connaît - d’organiser les évacuations sanitaires sur La Réunion, une île comme Mayotte avec de meilleurs équipements mais le signal d’alarme avait été tiré notamment ces dernières semaines par la maire de Saint-Denis qui – comme beaucoup de gens – sentait venir nos ennuis.

La revendication du montage d’urgence d’un hôpital militaire devenait une obligation vitale pour les Mahorais et pour nous Réunionnais… Ces jours derniers nous avons appris qu’un hôpital militaire était en construction à Mayotte : du personnel de la sécurité civile a été acheminé sur le territoire ces dernières heures. Dommage que nous ne soyons pas les Chinois capables d’ériger un grand hôpital en 15 jours. Souhaitons que cette structure soit achevée, et mise en service, avant que La Réunion et ses hôpitaux ne soient dans l’impasse totale et Mayotte dans une situation de hors contrôle de la maladie.

Pendant ce temps les évacuations sanitaires sur La Réunion continuent jusqu’à quand ? On ne sait pas encore. On peut se féliciter de l’ouverture prochaine de cet hôpital supplémentaire à Mayotte, mais d’orzs et déjà il est bon de rappeler au gouvernement que ce n’est pas le jour de la chasse qu’on achète le chien. Un précepte de sagesse pour un gouvernement et des services de l’État qui en manquent cruellement.

Georges Gauvin