Santé

Alcool à La Réunion : le combat de la Fédération Régionale d’Addictologie de La Réunion légitimé

Multiplication d’arrêtés restreignant les horaires de vente

Manuel Marchal / 23 novembre 2018

Ces derniers jours, plusieurs maires ont pris des arrêtés pour limiter la vente d’alcool dans leur commune. Compte-tenu des ravages causés par cette drogue, pourquoi n’ont-ils pas agi plus tôt ? De plus, cela risque d’être la source d’amalgames malheureux, faisant croire que la révolte est associée à la consommation d’alcool.

JPEG - 24 ko
L’alcool : à éviter de consommer, même avec modération
Photo Phovoir

Comme l’a souligné une récente étude de l’Agence régionale de Santé, les conséquences de la consommation d’alcool sont dramatiques à La Réunion, avec un taux de mortalité bien supérieur à la moyenne d’un pays comme la France. Cela se passe dans un contexte où le prix de l’alcool fort est le moins cher de la République en raison d’un faible taux de taxe, rappelle la Fédération Régionale d’Addictologie de La Réunion. De plus, de grands panneaux publicitaires et des pages entières de publicité dans les journaux, ainsi que les catalogues des grandes surfaces distribués dans les boites aux lettres incitent à la consommation de cette drogue. En effet, la mise en garde réglementaire est bien moins valorisée que le produit.

Force est de constater que depuis ces derniers jours, les arrêtés de restriction de vente d’alcool pris par des maires de La Réunion se sont multipliés. Mais pourquoi faut-il attendre qu’un mouvement social touche toute notre île pour que de telles décisions soient prises ? En effet, le problème de l’alcool n’est pas nouveau. De plus, cela risque d’être la source d’amalgames malheureux, faisant croire que la révolte est associée à la consommation d’alcool.

Avec ces arrêtés, ces élus ont ouvert une brèche au lobby des alcooliers. Les arrêtés seront-ils pérennisé une fois que la situation se sera apaisée, car l’alcool est nocif toute l’année et pas seulement en cas de crise sociale. Ainsi donc, le combat du Docteur Métais et de la Fédération Régionale d’Addictologie de La Réunion sera pleinement reconnu et valorisé.

M.M.