La lutte contre les addictions continue à Saint-Denis

Dionypark et le square du Barachois non fumeur

8 mars

Dans le cadre du COPIL Prévention des addictions, la ville de Saint — Denis maintient son engagement à lutter contre les addictions sur son territoire. Elle devient la première ville réunionnaise à mettre en place des “espaces sans tabac”, grâce à la signature d’une convention inédite avec la Ligue contre le Cancer.

Près de 120 000 Réunionnais ont été recensés en tant que fumeurs sur le territoire. Les chiffres sont alarmants car près de 1 400 personnes décèdent d’un cancer lié au tabac à la Réunion. Saint-Denis est engagée depuis 2018 dans la lutte de manière générale contre les addictions et la santé plus globalement. C’est pourquoi, depuis le début de la mandature en 2020, la Ville a créé une direction Santé Publique. Plus récemment, elle a mis en place un 2e Contrat Local de Santé (CLS) afin de poursuivre son engagement d’offrir un cadre de vie favorable à la santé. Au cours de ce COPIL, la CPTS (communauté professionnelle territoriale de santé) nord et la Mission Locale Nord ont été acceptées à l’unanimité au sein du comité, venant renforcer les rangs des acteurs investis dans lutte contre les addictions sur le territoire de la ville.

Malgré l’interdiction de fumer dans certains espaces publics, le tabagisme reste une cause inévitable de mortalité en France. C’est pourquoi, Saint-Denis, en partenariat avec la Ligue nationale contre le cancer, a souhaité créer des espaces sans tabac, non-soumis à l’interdiction annoncée dans le décret existant. La ligue encourage les Villes qui accompagnent leur création en décernant un label « espace sans tabac ». Saint-Denis sera ainsi la première commune de l’île à en mettre en place.

Interdire de fumer permet de dénormaliser ce geste parfois devenu trop anodin. Le but est de changer progressivement les attitudes des citoyens face à la cigarette et ainsi d’inciter les fumeurs à arrêter. Ces espaces sans tabacs supplémentaires dans la Ville permettront de prévenir le tabagisme auprès des générations futures. En effet, il a été observé de nouvelles conduites addictives chez les jeunes, de nouvelles substances psychoactives ont notamment fait leur apparition sur les sites sportifs.

L’interdiction de fumer dans les espaces publics s’intègre également dans la volonté de Saint-Denis de devenir une Ville verte et durable. Cela permet ainsi de préserver notre environnement et d’avoir des endroits plus sains.
Comme la santé et l’environnement sont intimement liés, la Ville a également établi un partenariat avec l’éco-organisme ALCOME. Le but est de travailler sur le ramassage et le traitement des mégots de cigarettes jetés sur le domaine public, qui représentent en effet 40 % des déchets sauvages.

Ericka Bareigts, Maire de Saint-Denis et Conseillère communautaire CINOR :
« A Saint-Denis, nous voulons prendre les conduites addictives à bras-le-corps. C’est mortifère et ça abime notre société réunionnaise. C’est notamment pourquoi, nous allons devenir le premier territoire ultramarin à poser 2 espaces sans tabac. Il faut amplifier ces espaces à la ville, dans d’autres bureaux et espaces publics mais aussi espaces hors bâtiments.
Ainsi, Dionypark et le square du Barachois deviendront des espaces publics extérieurs sans tabac et sans alcool. Nous sommes sensibles à la santé de nos concitoyens, nous souhaitons donc les informer et les rendre actifs de leur propre santé. »


Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?