Lutte contre le tabagisme, maladie qui tue 600 Réunionnais chaque année

Journée mondiale sans tabac : « Protéger les jeunes contre l’ingérence de l’industrie du tabac »

31 mai

A La Réunion, 21 % des personnes âgés de plus de 18 ans fument quotidiennement alors que la consommation de tabac reste la première cause de mortalité évitable et tue à long terme un fumeur sur 2. Cette année, le thème de la Journée mondiale sans tabac est « Protéger les jeunes contre l’ingérence de l’industrie du tabac ». Selon le tableau de bord « Les comportements addictifs à La Réunion » (ORS, décembre 2023), 27 % des 18-30 ans fument quotidiennement à La Réunion et 47 % ont expérimenté le vapotage.

Chaque année, ce sont plus de 600 personnes qui décèdent sur à La Réunion en lien avec leur tabagisme.
Le 31 mai, journée mondiale sans tabac organisée chaque année par l’Organisation Mondiale de la Santé, est l’occasion de rappeler les effets néfastes du tabac sur la santé des fumeurs mais aussi des personnes de leur entourage (tabagisme passif).
Cette année, le thème choisi « Protéger les jeunes contre l’ingérence de l’industrie du tabac ». Selon des données de 2024 de l’OMS publiées le 23 mai, au moins 37 millions de jeunes âgés de 13 à 15 ans consomment une forme de tabac dans le monde. Selon le tableau de bord « Les comportements addictifs à La Réunion » (ORS, décembre 2023), 27 % des 18-30 ans fument quotidiennement à La Réunion et 47 % ont expérimenté le vapotage.
Malgré des progrès significatifs enregistrés en matière de réduction du tabagisme, l’émergence des cigarettes électroniques et d’autres nouveaux produits du tabac et de la nicotine représente une grave menace pour la lutte antitabac auprès des jeunes. Des études démontrent que l’utilisation de la cigarette électronique augmente de près de trois fois la consommation de cigarettes conventionnelles, en particulier chez les jeunes non fumeurs.
« L’histoire se répète, et l’industrie du tabac essaie de vendre la même nicotine à nos enfants en changeant l’emballage », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. « Ces industries ciblent activement les établissements scolaires, les enfants et les jeunes au moyen de nouveaux produits qui ne sont rien d’autre que des pièges au goût de sucrerie. Comment peuvent-ils parler de réduction des risques alors qu’ils commercialisent ces produits dangereux et très addictifs auprès d’enfants ? »
« Ces industries continuent de commercialiser leurs produits auprès des jeunes avec des arômes alléchants, au goût de sucreries ou de fruits, par exemple. Des recherches menées aux États-Unis d’Amérique ont révélé que plus de 70 % des jeunes utilisateurs de cigarettes électroniques arrêteraient d’en consommer si ces produits n’existaient qu’au goût de tabac », affirme l’OMS.


Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?