Santé

CFTC : demande de dépistage immédiat du coronavirus avec l’hôpital de Saint-Pierre

Lettre ouverte à Martine Ladoucette Directrice de l’ARS OI et à Lionel Calenge Directeur Général du CHU de la REUNION

Témoignages.re / 28 mars 2020

JPEG - 89.8 ko
Avec près de 750 millions d’euros d’encours (publics et privés), l’AFD est le premier bailleur des établissements publics de santé ultramarins.

Mr le Directeur Général,
Cela fait à peine un an que nous vous avions interpellé ainsi que la Ministre de la Santé (à l’époque Mme Agnès BUZIN), par le biais d’un courrier recommandé AR N° 1A 138 873 3034 4 en date du 06 mars 2019. Ce courrier portait sur les décisions qui ont été prises, en matière de cohérence économique sur la gestion du Laboratoire de Biologie Moléculaire face à l’épidémie de dengue.

Aujourd’hui et plus que jamais, la CFTC attire à nouveau votre attention sur les conséquences que cela génère sur la qualité de prise en charge de la population réunionnaise non seulement du fait de la mauvaise gestion de cette crise mais aussi de la « réorganisation » incohérente du Service de Bactériologie Parasitologie Virologie dont fait partie le Laboratoire de Biologie Moléculaire. La disparition du Laboratoire de biologie moléculaire depuis 2 mois environ, remet en question plus que jamais les problèmes de prise en charge de la population sudiste car non seulement la crise sanitaire que nous avions évoqués à cette époque du fait d’une épidémie de dengue (actuellement en forte explosion sur l’Ile), vient se rajouter malheureusement la crise d’ampleur mondiale (pandémie) due au COVID 19.

Le constat après investigations, laisse apparaitre que les automates, les locaux, les réactifs et même la compétence technique sont disponibles dans le sud. Alors, pourquoi ne pas démarrer ces analyses sur St Pierre en doublon avec St Denis ? Quid de l’intérêt général de la population dans cette situation de crise sachant qu’au niveau national le gouvernement confirme le nécessaire dépistage massif à venir de la population. De plus, cela permettrait de flécher plus rapidement les patients atteints réellement du COVID 19 et ceux qui ont la dengue, ces derniers déjà très affaiblis, n’ont pas besoin de prendre un risque supplémentaire. Permettant également de rassurer les soignants dont la charge mentale atteint son apogée. Qu’est ce qui motive cette réticence qui met en danger la population ?

On gagnerait beaucoup plus de temps pour rechercher les cas contacts en cas de contamination pouvant accélérer l’isolement des patients et ainsi freiner la propagation du virus, sachant que chaque minute compte. Il en est de même pour les soignants qui doivent être dépisté, sans devoir attendre entre 24 et 48 h pour avoir un résultat alors que ce test est réalisable en moins de 3h.

Dans votre mail réponse en date du 24 Mars 2020, vous dites que le Dr JAFFAR prévoit de faire venir de Saint-Denis un petit automate, afin de pouvoir dépister que les formes les plus graves de détresse respiratoire aigue (1 test par heure), alors que tout est existant sur Saint-Pierre pour un démarrage immédiat (50 tests par séries, 2 séries par jour). Faudra t’il attendre les premiers cas graves dans le sud pour que cette décision soit prise ?

Ose-t-on encore nous parler d’équilibre d’offre de soins entre le nord et le sud ?

Nous sommes pour le moins qu’on puisse dire révoltés. La CFTC du CHU Sud réaffirme son désaccord sur la diminution ou disparition de certaines activités sur le bassin SUD car il s’agit de nous appauvrir sur l’offre de soins et ainsi pénaliser toute une population suffisamment en difficulté actuellement face au nombre de cas en constante augmentation dont les principaux foyers se trouvent dans le Sud. Lors d’un communiqué en date du 14 février dernier nous vous disions que le CHU ne disposait pas de moyens nécessaires pour assurer l’accès à des soins de qualité pour la population.

C’est pourquoi, nous devons anticiper pour essayer de freiner au maximum cette propagation, sans quoi nous serons vite dépassés et confrontés aux problèmes de lits disponibles en Réanimation, d’autant plus que le CHU devra prendre en charge les EVASAN : « Evacuations Sanitaires » venant de la zone Océan Indien. Nous rejetons la poursuite du plan COPERMO en cette période de crise sévère qui met en péril la sécurité des soins encore plus que jamais. Ce jour même, vous ouvrez un drive pour un dépistage du COVID 19 sur le CHU Nord et encore une fois, toujours rien pour Saint-Pierre, cette situation est devenue inacceptable.

Restant à votre disposition, nous vous prions de croire, Mr le Directeur Général, en nos meilleures salutations.

Pour le bureau
Stéphane CASIMIR Président de la CFTC du CHU SUD REUNION