Santé

CGTR-Commerce et coronavirus : protéger les salariés du COVID-19 ou droit de retrait

La CGTR-Commerce écrit au préfet de La Réunion

Témoignages.re / 23 mars 2020

Dans une lettre adressée au préfet, la CGTR Commerce demande au représentant de l’État que les salariés des commerces soient protégés de l’épidémie par un matériel de protection adéquat, sinon ces salariés qui prennent des risques pour aller travailler seront contraints d’exercer leur droit de retrait.

JPEG - 147.8 ko
La CGTR-Commerce au défilé du 18 décembre à Saint-Denis.

« Depuis quelques jours, les salariés de la grande distribution, des boulangeries, des petits commerces,… subissent de plein fouet la crise sanitaire que traverse La Réunion et tout le territoire français.
Malgré les préconisations gouvernementales, beaucoup de directions de nos secteurs rechignent à mettre à disposition des salariés les équipements élémentaires de protection.
Nous assistons à un afflux excessif de la clientèle dans un trop grand nombre de grandes surfaces, ce qui a pour effet d’exposer ces salariés à la contraction du virus COVID-19, mettant en danger leurs vies et celles de leurs proches.
Il n’est pas acceptable que les salariés de ces secteurs se rendent, malgré tout, au travail la peur au ventre assurant ainsi la continuité du service économique, affrontant courageusement au quotidien insultes et incivilités de la part de clients indélicats.
Cette crise laisse apparaître que la première richesse de nos secteurs d’activités, ce sont les salariés qui depuis le début gèrent avec courage et professionnalisme la mise en rayon et l’accueil de la clientèle.
Ce sont, également, ces salariés qui permettent aux Réunionnais de continuer à s’alimenter pendant la période de confinement, limitant une plus grande panique de la population.

Nous vous demandons que des mesures drastiques soient prises afin d’assurer la protection des salariés ainsi que du personnel extérieur (maintenance, nettoyage, sécurité…).
Les salariés de ces secteurs méritent mieux qu’une simple reconnaissance ministérielle et aspirent à pouvoir exercer leur métier dans une sérénité totale.
C’est pourquoi, si rien n’est mis en œuvre, rapidement, afin de protéger aux mieux l’ensemble de ces salariés, la CGTR Commerce et Services appellera les salariés de tous ces secteurs à exercer leur droit de retrait.
La vie de ces salariés vaut plus que le profit de certains patrons.

Par ailleurs, dans un courrier qui vous a été adressé, la CFDT Commerce vous demande la mise en confinement de tous les passagers entrants sur le territoire de la Réunion.
Ce qui se comprend…
La CGTR Commerce a demandé dès le début de la crise un contrôle renforcé aux aéroports de la Réunion (nous n’en avons que deux).

Dans ce courrier, la CFDT demande la réquisition des hôtels de la Réunion pour « que ce confinement puisse s’opérer » et afin de préserver « l’activité dans ce secteur ».
Comme le souligne la CFDT Commerce, des milliers de salariés à la Réunion travaillent dans le secteur de l’hôtellerie.
Mais en demandant le réquisitionnement de certains hôtels, cela placerait de facto les salariés en situation de contact direct avec des personnes potentiellement contaminées et aggraverait la propagation du virus COVID-19.
Le patronat des HCR rechigne à mettre en place une protection optimale…, exposer ces salariés à une éventuelle contamination par contact direct relève de l’aberration.
Si une telle mesure devait être prise, et à moins que les services de l’État et les spécialistes de la santé nous assurent que, l’accueil, le nettoyage… de ces hôtels soient pris en charge par du personnel soignant, La CGTR Commerce et Services s’opposera à une telle décision et nous demanderont à tous les salariés de ce secteur d’observer leur droit de retrait.
Une députée, très connue, avait suggéré qu’on réquisitionne l’ancien hôpital de Saint-Paul et qu’on s’en serve pour confiner les passagers entrants, avec un personnel soignant sur place, personne n’a donné suite à cette proposition.
Je vous prie, Monsieur Le préfet, d’accepter nos sincères salutations.

Georges CARO
Secrétaire Général