Santé

Chikungunya : quelles conséquences ?

Réunion publique samedi à Saint-Louis

Témoignages.re / 5 janvier 2006

L’association “l’Île de La Réunion contre le chikungunya” organise samedi à 17 heures à l’école de Plateau Goyaves à Saint-Louis une réunion publique sur cette maladie. Anita Guérendel, la secrétaire, touchée par l’épidémie, s’interroge sur les conséquences de la maladie et réclame la vérité sur ce mal.

Anita Guérendel, secrétaire de l’association “l’Île de La Réunion contre le chikungunya” et animatrice gymnastique auprès des associations, n’a pas été épargnée par le chikungunya. Au réveil en août dernier, elle ressent des douleurs aux mains, puis le lendemain aux jambes. Elle consulte un docteur qui lui prescrit "des antalgiques et des anti-inflammatoires". Une analyse de son sang diagnostique le chikungunya. Des plaques rouges apparaissent à différentes parties de son corps : le buste, le dos. Ses chevilles enflent aussi. Elle ne comprend pas ce qui lui tombe dessus. Même si aujourd’hui elle confirme la nette amélioration de son état de santé. De nature hyperactive, elle note depuis peu "un état de fatigue persistant, des troubles de la mémoire et le besoin de dormir tous les après-midi".

Bientôt un an

Cette maladie apparaît officiellement à La Réunion en mars 2005. Bientôt 1 an et chaque jour des cas sont recensés. Elle se propage actuellement dans le Sud, à la Rivière Saint-Louis, à Basse-Terre et à la Ravine des Cabris à Saint-Pierre et même à l’Entre-Deux. Anita Guérendel, comme de nombreux Réunionnais, est en colère. Elle constate le manque d’information pour se préserver de cette maladie. Pour d’autres maladies à l’exemple du SIDA, les campagnes de sensibilisation ne se comptent plus. Selon elle, "les chiffres officiels de la maladie ne reflètent pas la réalité". Il y a "sous estimation et urgence pour mettre de véritable moyens pour contrer la propagation rapide de ce virus", insiste-t-elle. Dès le début, "il n’y a pas eu de réactions instantanées", souligne-t-elle.

Lettre à la DRASS

Aujourd’hui, Anita Guérendel, qui n’est pas la seule, s’interroge sur : "les séquelles, les risques de rechutes, la durée selon les âges, les moyens de traitement du chikungunya". Elle réclame la vérité, rien que la vérité. Un courrier de “l’Île de La Réunion contre le chikungunya” en ce sens a été adressé à la DRASS depuis fin décembre. Elle programme une réunion publique samedi à 17 heures à l’école de Plateau Goyaves à Saint-Louis. Il est question de nommer des correspondants dans les villes. La mise en place de cette chaîne contre le chikungunya s’établit au moment même où François Baroin, le ministre de l’Outre-mer, déclarait hier à propos de cette maladie sur les ondes de France Inter, que ce n’est qu’"une grande grippe qui fait courber le dos". Pas seulement !

Contact Josette Brosse, présidente de “l’Île de La Réunion contre le chikungunya” : 0692.35.51.88

Jean-Fabrice Nativel


Maux de tête, nausée, fièvre, troubles de la mémoire...

Hier sur les ondes de France Inter, François Baroin, le ministre de l’Outre-mer, déclarait à propos de cette maladie, ce n’est qu’"une grande grippe qui fait courber le dos". Sur le terrain, Anita Guérendel a collecté d’autres symptômes de la maladie : "les douleurs aux articulations, les douleurs au dos et à la poitrine, les articulations déformées, les maux de tête, les nausées, les difficultés de concentration, les troubles de la mémoire, les grosses fatigues, la déprime, les irruptions cutanées, la fièvre, la conjonctivite, les hémorragies aux gencives". Anita Guérendel n’est pas médecin, ni spécialiste des maladies tropicales. Elle habite un Département français et comme d’autres Réunionnais, elle se soucie de leur état de santé.

J.-F. N.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • j’ai eu le chikungunya il y a 5ans et depuis je suis trés souvent malade. Mon médecin traitant pour qui je suis l’unique cas, dit ne pas savoir

    Article
    Un message, un commentaire ?






    • Bonjour
      Ma soeur et mon neveu on attraper le Chikungunya en 2006 depuis on ne la reconnais pas elle est souvent énerver elle a complètement changer elle a des toc et très peur des microbes
      Pourriez vous me renseigne sur les effet après s’être fait piquer ?

      Article
      Un message, un commentaire ?






    • J’ai eu le chikungunya en février 2005, bientôt 7 ans et depuis j’ai régulièrement des douleurs musculaires et articulaires et des élancements musculaires fulgurants. Je supporte les douleurs et prends des antalgiques en dernier recours. Les médecins par ignorance ne peuvent m’aider.

      Article
      Un message, un commentaire ?






    • je ne pense pas que vous soyez un cas unique .! je me suis fait infectee en janvier 2009 ; apres 3 mois d’atroces souffrances , les symptomes ont fini par regresser progressivment ; mais apres plus de 3 ans j’eprouve toujours une grande fatigue et des douleurs articulaires occasionnelles

      Article
      Un message, un commentaire ?






  • Les signes cliniques du "Chick" pour mon cas sont : céphalées ++++, Asthénie intense a rester couchée et prostrée dans mon lit, douleurs diffuses a titre de myalgie et fièvre ondulante ne dépassant pas 38°c. Au réveil, j’ai les doigts gonfles et j’ai du mal à les plier.je précise que les premiers symptômes du Chick sont apparus il y a 2 mois, avec céphalées intenses , asthénie, des crampes aux mollets en fin de nuit et frissons dans la journée qui peut être était de la fièvre ( je n’ai pas pris ma température), et, j’ai eu un seul doigt gonfle avec impossibilité de le plier et Personne n’a pense au chick, puisque mon médecin m’a fait passer une IRM cérébral tellement mes céphalées étaient importantes. Puis, une phase de rémission avec cependant une fatigue persistante mais avec arrêt des maux de tête.
    A ce jour, le diagnostic de chik est effectué, par des sérologies qui ont confirme la présence de ce virus car les symptômes sont réapparus avec beaucoup plus d’intensité et j’ai été obligée de prendre un arrêt de travail car ÉPUISÉE.
    J’espère guérir de ce virus en prenant du repos , j’avale des anti-inflammatoires ,du doliprane codéine, mon état s ’ améliore mais très très lentement.
    A préciser que j’habite la Martinique , de plus en plus de cas sont diagnostiques et aucune procédure de démoustication n’est envisagée sauf dans la zone de l’aéroport .
    Voila, mon témoignage sur cette pathologie qui m’affecte en ce moment.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Martinique juillet 2014
    j’ai eu fièvre très forte, vomissements pendant 4 jours, puis les petits boutons qui démangent. peu de douleurs articulaires au début. Donc, j’ai pensé après une semaine que j’avais eu un chik léger... 3 semaines après !!! j’ai commencé à avoir très mal au pied droit qui a gonflé. impossibilité de mettre mon bras gauche en arrière et de mettre ma ceinture de sécurité !!! Donc, là, çà fait 5 semaines... et globalement, les douleurs empirent. Comme je travaille à mon compte, impossible de m’arreter. Je prends un ibuprofène le matin pour pouvoir "démarrer" et avoir une journée passable !
    grosse envie de dormir à tel point que je me disais que je deviens dépressive. Le chik n’améliore pas le moral, car on se sent incapable de faire quoi que ce soit à cause de la fatigue et la douleur et je me demande quand y aura-t-il une amélioration !

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Voila j ai eu le chik en 2005 et depuis le mois de mars j ai commencé à ressentir des douleurs dans mes orteils après c’est ma cheville gauche qui a été pris de forte douleur j ai consulter mon medecin et bien là quel ne fut pas ma surprise d entendre me dire qu il n’y a aucun remède pour ça je souffre et je prend du paracetamol il ne peu pas me donner un traitement lourd parce que j ai fait un a.i.t. il y a 2 ans ben voila je patiente et ça m enerve

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • 30 juin 2014 je suis de douleurs aux articulations pendant mon travail je me sens de plus en plus mal je rentre chez moi une semaine durant je souffre atrocement et j’ai du mal à me déplacer, paracétamol matin et soir et je reprends du service. 2 semaines plus tard 2ème épisode vraiment brutale et là arrêt de travail , nous sommes aujourd’hui 29 Août je n’ai toujours pas repris le travail . Bilan : douleurs nocturnes intenses aux jambes, aux épaules ,mains et pieds enflés donc insomnies , états fébriles ( t° 37,7 ) fatigue constante dans la journée ,difficultés à la marche, poignets sans force, doigts gonflés moral à zéro en gros déprime à bord , pour couronner le tout l’examen biologique montre une légère insuffisance rénale liée probablement à ce chik j’espère m’en sortir sans trop de séquelles..............

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Bonjour,
    J’ai été infecté par le chikungunya au Brésil et commencé un traitement au paracétamol le 05/06/2020
    Après mon retour en France je suis allé chez mon généraliste qui m’a donné du paracétamol codéiné.
    Le 23/07 je suis allé au CHU de Clermont Ferrand ’Maladies tropicales’ où l’on m’a donné des anti inflammatoires.
    Le 06/08 j’y suis retourné et l’on m’a donné de nouveau du paracétamol codéiné.
    Tous ces traitements n’ont eu quasiment aucun effet sur mes douleurs (mains, pieds, genoux, épaule) et ma gêne de mobilité.
    Le 07/08 j’ai contacté mes amis au Brésil qui m’ont dit que leur médecin leur avait prescrit un médicament et qu’en 24 h, disparition des douleurs, des gonflement et retour de la mobilité.
    J’ai fait des recherches pour connaître l’équivalent en France et je suis retourné chez mon médecin traitant qui me l’a prescrit.
    C’est un médicament utilisé pour les infiltrations.
    Le samedi soir , Piqure et le dimanche..... énorme amélioration effectivement.
    Quelques douleurs subsistent cependant mais rien avoir avec mon état de quasi infirmité durant 2 mois.
    Le médicament :Bétaméthasone 7mg/1ml (DC) Diprostene ser 1ml.
    Bon courage à tous

    Article
    Un message, un commentaire ?