Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Politique > Santé

COI : le réseau SEGA-One Health livre un laboratoire de sécurité biologique à Maurice

Lutte face aux épidémies dans notre région

vendredi 8 décembre 2023


Le laboratoire de sécurité biologique (BSL-3), communément appelé laboratoire P3 (protection de niveau 3), a été inauguré le mercredi 6 décembre à l’hôpital Dr A.G. Jeetoo de Port-Louis par l’Honorable Dr Kailesh Kumar Singh Jagutpal, ministre de la Santé et du Bien-être de la République de Maurice et le Professeur Vêlayoudom Marimoutou, Secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI). Ce laboratoire a été fourni par le réseau SEGA-One Health de la COI grâce au soutien de l’Agence française de développement (AFD) et de l’Union européenne.


C’est à l’hôpital Dr A.G. Jeetoo de Port-Louis qu’a été livré un laboratoire P3 en conteneur. Il a été officiellement inauguré mercredi 6 décembre et est désormais en phase de mise en service. Ce laboratoire offre un environnement contrôlé et sécurisé pour l’étude d’agents pathogènes potentiellement dangereux. Il permet d’étudier en détail la manière dont les maladies infectieuses se propagent. Il s’agit donc d’un apport conséquent visant à renforcer les capacités de surveillance épidémiologique et améliorer les capacités de préparation mais aussi de riposte de Maurice, et par ricochet, celles de la région.

Le Secrétaire général de la COI, Prof. Vêlayoudom Marimoutou l’a rappelé : « Ce laboratoire n’est pas simplement un bâtiment équipé d’instruments sophistiqués. Il incarne notre détermination commune à relever les défis sanitaires en constante évolution qui nous obligent à rester vigilants. (…) La préparation et la surveillance sont essentielles pour faire face aux menaces sanitaires, comme nous l’avons appris avec le Chikungunya et, de manière plus récente, avec la Covid-19. Ce laboratoire représente ainsi un investissement majeur dans la recherche pour une meilleure préparation, une réponse plus efficace et une compréhension approfondie face aux risques sanitaires. »

Pour le Dr Mohammad Iqbal Issack, ce laboratoire P3 permettra d’améliorer de manière conséquente les analyses d’agents pathogènes, tout en assurant la sécurité des experts y travaillant. « L’analyse des échantillons pour la culture de la tuberculose se fera dorénavant dans le laboratoire P3, avec des résultats plus rapides. Jusqu’ici, on n’avait pu envisager de le faire pour des raisons de sécurité du personnel. »

Ce laboratoire P3 ne sera pas uniquement dédié à la tuberculose. Il pourra être utilisé pour l’analyse d’autres échantillons qui pourraient contenir des agents infectieux et constituer un risque lors de leurs manipulations.

« Ce laboratoire sera au bénéfice de la qualité de vie des citoyens de Maurice. Il renforcera davantage les capacités des autorités sanitaires du pays, que l’Union européenne a déjà soutenues de manière conséquente pour faire face à la pandémie de COVID-19. À travers le Réseau de Surveillance et d’Investigation Épidémiologique (RSIE), la collaboration entre pays de la région permet plus d’efficacité et d’efficience dans la prévention et la réponse aux menaces sanitaires », indique M. Oskar Benedikt, Ambassadeur et chef de délégation de l’Union européenne auprès de la République de Maurice et de la République des Seychelles.

Pour sa part, la directrice de l’Agence française de développement pour Maurice et les Seychelles, Mme Laetitia Habchi, indique : « La santé est un bien commun mondial au cœur des enjeux de développement durable. Le lien étroit que la sécurité sanitaire entretient avec la question climatique, spécialement dans un contexte insulaire, en fait un secteur d’intervention important pour l’AFD dans l’océan Indien en général, et à Maurice en particulier. L’Agence française de développement est donc heureuse de pouvoir accompagner, en cofinancement avec l’Union européenne, la livraison de ce laboratoire P3. Plus de 33 millions d’euros ont été octroyés par l’AFD depuis 2009 à la COI pour soutenir, à travers le programme RSIE, le réseau SEGA-One Health. »


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus