Santé

Confinement en Martinique mais l’aéroport reste ouvert

L’efficacité d’« une mesure de dernier ressort » compromise par le refus de fermer la porte d’entrée des variants en Martinique

Manuel Marchal / 29 juillet 2021

En raison d’une forte dégradation de la situation sanitaire en Martinique, le préfet a décidé d’ordonner le confinement du territoire à partir de ce week-end pour trois semaines pour stopper la progression de l’épidémie et « protéger le territoire en vue de la rentrée scolaire ». Contrairement à la logique de cette mesure, l’entrée en Martinique reste possible sans motif impérieux, sans test et quarantaine obligatoires à l’arrivée pour des passagers justifiant d’un schéma complet de vaccination. Or, les vaccins contre la COVID-19 ne protègent pas totalement de l’infection et de la transmission du virus. La population confinée ne sera donc pas à l’abri de l’importation de nouveaux variants si la situation en reste en l’état.

JPEG - 58.5 ko

Hier en conférence de presse, le préfet de la Martinique a annoncé plusieurs mesures restreignant les activités sociales et les déplacements pour lutter contre la flambée de l’épidémie de coronavirus qui ravage le pays. Ceci met sous tension le centre hospitalier universitaire et son service de réanimation, dernier recours pour des patients atteints par des formes graves du coronavirus.
Martinique Première indique que « rien que pour les deux premiers jours de la semaine en cours (lundi 26 et mardi 27 juillet 2021), le directeur adjoint de l’Agence Régionale de Santé, Olivier Coudin, a indiqué "1100 nouveaux cas" dans l’île ».
Et de citer les propos tenus par le préfet :
« Le confinement c’est une mesure de dernier ressort mais nous y sommes contraints aujourd’hui, compte tenu de la situation. Donc un confinement sera mis en place à compter de ce week-end et pour 3 semaines, avec une clause de revoyure mi-août. Il a pour objectif de casser la courbe, faire baisser le nombre de contaminations et protéger aussi le territoire en vue de la rentrée scolaire ».

Population confinée, entrée sans contrôle des personnes vaccinées potentiellement contagieuses

Tout comme La Réunion, la Martinique est un pays qui accueille chaque semaine plusieurs dizaines d’avions en provenance de Paris. En raison de la pandémie de COVID-19, les croisières ont cessé. Les arrivées en provenance de l’Europe sont donc traitées par un seul point, l’aéroport. Au plus fort des différentes épidémies qui ont touché la France depuis l’année dernière, ce lien n’a pas été rompu même si des restrictions avaient été mises en place telles que les motifs impérieux, le test obligatoire trois jours avant l’embarquement ainsi qu’une quarantaine de deux semaines.
Il fallait donc s’attendre à ce que logiquement, les restrictions annoncées hier touchent également toute personne désirant se rendre en Martinique afin d’éviter l’importation de nouveaux variants. Mais sur le site de la préfecture de la Martinique figure cette information très surprenante datée d’hier [1] compte tenu de la justification du confinement, qui est notamment de « protéger le territoire en vue de la rentrée scolaire » :

« En provenance de la France hexagonale, tout voyageur s’engage à :
- présenter un examen biologique de dépistage virologique (test PCR) réalisé moins de 72 heures avant l’embarquement ne concluant pas à une contamination par la covid-19, ou un test antigénique permettant la détection de la protéine N du SARS-CoV-2 de moins de 48 heures avant l’embarquement.
- s’il ne présente pas un schéma vaccinal complet, justifier que son déplacement est fondé sur un motif impérieux d’ordre personnel ou familial, un motif de santé relevant de l’urgence ou un motif professionnel ne pouvant être différé.
- s’il ne présente pas un schéma vaccinal complet, respecter un isolement de 7 jours et réaliser un nouvel examen biologique de dépistage virologique à la suite de cet isolement. »
Autrement dit : une personne ayant reçu la ou les doses de vaccins nécessaires à la justification d’un schéma vaccinal complet peuvent se rendre dans un pays qui vient d’être placé sous confinement sans test obligatoire à l’arrivée, sans motif impérieux et encore moins sans quarantaine.

Manifestations contre la gestion de la crise sanitaire interdites de fait

Cette décision ne semble pas tenir compte de la relative protection contre l’infection et la transmission offerte par les vaccins en cours d’expérimentation dans l’Union européenne. A ce jour, aucun vaccin de ce type n’empêche à 100 % une personne d’être infectée par le coronavirus ou de transmettre la COVID-19 à une personne saine.
Par conséquent, il est évident que des personnes venant en Martinique dans ces conditions présentent un risque pour la population. Tant que l’aéroport de la Martinique ne sera pas fermé, la protection de la population contre l’importation de nouveaux variants reposera uniquement sur le civisme des passagers qui poseront le pied en Martinique. Il faut souhaiter qu’ils n’adoptent pas des comportements dangereux au prétexte qu’ils ont l’illusion d’être invulnérables à la COVID-19, car le confinement est là pour empêcher la population de protester contre ce type de mesure.

M.M.