Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Politique > Santé

Coronavirus à La Réunion : les tests de dépistage pour tous doivent être gratuits comme les vaccins

Nouvelle augmentation du nombre de nouveaux cas de COVID-19 et port du masque obligatoire y compris pour les vaccinés

jeudi 4 novembre 2021, par Manuel Marchal


L’aggravation de la situation sanitaire observée à La Réunion ces deux dernières semaines confirme qu’après chaque pic de fréquentation de l’aéroport succède un pic de contamination à la COVID-19. La vaccination n’a pas changé la donne et pourrait même être à l’origine d’une sous-estimation de la gravité de la situation, car les vaccinés ne sont pas encouragés à se faire tester compte tenu des mesures décidées par Paris. Il est grand temps de rétablir la prise en charge des tests de dépistage du coronavirus et de lancer une grande campagne de test de la population pour avoir une idée claire de la situation. L’aéroport doit aussi cesser d’avoir une réputation de passoire : les autorités doivent imposer un test obligatoire avec quarantaine dans l’attente du résultat pour tous les passagers qui débarquent à La Réunion. Les Réunionnais doivent avoir droit à cette protection qui est la règle à Maurice et à Madagascar.


Avec 457 nouveaux cas dont 44 importés en une semaine, La Réunion est confrontée à une nouvelle dégradation de la situation sanitaire. La réponse de l’État est de rendre de nouveau le port du masque obligatoire à compter du samedi 6 novembre dans la totalité de l’espace public. Il est à noter que cette mesure s’applique à tous, vaccinés ou pas.
La semaine précédente avait été marquée par une baisse de plus de 30 % du nombre de tests de dépistage par rapport à la précédente période de référence. Cette diminution était expliquée par la fin de la prise en charge financière de tests COVID-19 par la Sécurité sociale sauf prescription médicale. Le bilan hebdomadaire de l’épidémie indique une stabilité du nombre de tests effectués par rapport à la semaine précédente, ce qui signifie que ce nombre reste encore inférieur de 30 % à celui relevé deux semaines auparavant. Le taux de positivité a doublé.

Les vaccinés pas du tout encouragés à se faire dépister

Compte tenu de la politique sanitaire décidée à Paris pour La Réunion, une situation sanitaire plus grave que les chiffres annoncés est possible. En effet, à partir du moment où une personne a reçu deux doses de vaccin Pfizer depuis au moins deux semaines, elle est considérée comme bénéficiant d’un schéma vaccinal complet. Ceci lui donne donc droit à l’obtention du Pass sanitaire qui lui ouvre l’accès aux nombreux lieux publics réservés aux titulaires de ce Pass. Cela lui permet également de voyager sans contrainte vers la France ou d’en venir.

Selon Paris, une personne vaccinée est donc supposée être immunisée contre l’infection à la COVID-19, car elle peut aller n’importe où sans avoir à justifier d’un test de dépistage de moins de 3 jours. Elle n’est donc pas encouragée à se faire tester, d’autant plus que ce test est devenu payant. Or, les tests sont le moyen le plus efficace d’identifier les personnes contaminées et les cas contact afin de les placer en quarantaine pour éviter toute nouvelle transmission. Mais les décisions politiques prises à Paris ont placé la vaccination avant les tests comme outil privilégié de prévention. C’est une erreur qu’il est important de corriger, afin que les Réunionnais puissent savoir plus précisément quelle est l’étendue du danger qui les menace.

Il n’existe qu’une situation où une personne vaccinée doit se soumettre à un test de dépistage : pour aller à Maurice. Car chez nos voisins, si le schéma vaccinal complet est obligatoire, il ne suffit pas. Or, depuis la réouverture de ses frontières, l’île sœur a été confrontée à des cas importés, qui ne pouvaient être que des personnes vaccinées. Ceci n’est pas étonnant, car toutes les études scientifiques sérieuses constatent que les vaccins ne protègent pas de l’infection et donc de la transmission. Ils peuvent augmenter l’immunité mais de manière temporaire, avec une diminution déjà observable 2 mois après la seconde injection du Pfizer d’après une étude faite sur près de 5 millions de personnes vaccinées depuis janvier en Israël.
Le port du masque obligatoire pour tous, vaccinés ou pas, souligne bien que les risques d’infection et de transmission du coronavirus concernent tout le monde.

Quand seront testés tous les passagers comme à Maurice et Madagascar ?

Les différentes épidémies connues par La Réunion depuis l’année dernière ont toute la même origine : un ou plusieurs passagers sont entrés en important un variant sans qu’il puisse être détecté à l’arrivée et ils se sont ensuite mêlés à la population. Depuis la découverte du premier cas de coronavirus le 11 mars 2021, l’aéroport n’a jamais été fermé aux vols réguliers. C’est sans doute une exception dans tout l’hémisphère Sud.

Les vacances scolaires sont des moments particulièrement propices aux voyages en avion pour ceux qui peuvent se le permettre. Force est de constater que quelques semaines après chaque vacance scolaire, La Réunion connait une nouvelle augmentation du nombre de nouveaux cas de COVID-19. Il est également à noter que ces dernières semaines, La Réunion a accueilli le Grand Raid avec de nombreux concurrents et leurs accompagnateurs venant de l’extérieur. Malgré toutes les précautions prises par les organisateurs, il est illusoire de croire que cette manifestation de grande ampleur n’a pas été l’occasion de nombreuses transmissions du virus. Le principe de précaution qui avait prévalu l’an dernier pour annuler le Grand Raid n’a pas été appliqué cette fois sans que cela ne suscite guère de débats.

Ces inquiétantes lacunes dans la protection de la population soulignent l’importance d’un dépistage obligatoire de tous les passagers à leur arrivée à l’aéroport. Ce principe de précaution est appliqué à Maurice et à Madagascar, il a donné lieu à la découverte de cas importés placés immédiatement 14 jours en quarantaine. La Réunion est une collectivité de la République française, un pays membre du G7, c’est-à-dire le club des 7 pays les plus riches du monde. Paris n’a-t-il pas les moyens de fournir les moyens nécessaires pour tester tous les passagers à l’arrivée ? Maurice et Madagascar en sont capables, un exemple qui doit être largement dans les possibilités de Paris.
Test obligatoire de tous les passagers avec mise en quarantaine dans l’attente du résultat : c’est le seul moyen de casser les chaînes de contamination créée par des cas importés afin de protéger la population de l’aggravation de la situation sanitaire.

M.M.


A l’arrivée à Madagascar, tous les passagers sont testés, vaccinés ou pas. (photo Ministère du Tourisme de Madagascar)



Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus