Santé

Coronavirus à La Réunion : pas de relâchement, les Réunionnais doivent être protégés

11 nouveaux cas en une journée

Manuel Marchal / 6 juillet 2020

Avec 11 nouveaux cas rien que pour la journée d’hier, La Réunion revient à la situation qui était la sienne avant le confinement et la quarantaine obligatoire en centre dédié pour tout nouvel arrivant. Mais cette brusque augmentation intervient alors que les autorités ont décidé de déconfiner et d’augmenter le trafic aérien entre la France et La Réunion à plus de 20 vols par semaine alors que le COVID-19 circule en France. C’est donc vers une toute autre tendance qu’il est nécessaire d’aller.

JPEG - 103.4 ko
En mars dernier, une pétition avait demandé la fermeture de l’aéroport pour éviter que le coronavirus arrive à La Réunion.

Voici un extrait du communiqué diffusé hier par la préfecture de La Réunion pour annoncer 11 nouveaux cas de COVID-19 :

« La préfecture et l’Agence Régionale de Santé confirment 11 nouveaux cas de coronavirus COVID-19 enregistrés à La Réunion ce dimanche 5 juillet à 15h00, soit un total de 547 cas depuis l’apparition du premier cas le 11 mars 2020.
Deux des nouveaux cas du jour sont des cas importés testés à leur arrivée à l’aéroport.
Deux des nouveaux cas du jour sont des cas importés testés 7 jours après leur arrivée.
Un cas est autochtone sans lien avec d’autres cas connus.
Quatre cas sont des cas autochtones en lien avec un cas précédemment annoncé au sein d’une même famille.
2 cas sont en cours d’investigation. »

11 nouveaux cas en une seule journée : il faut remonter à plusieurs semaines pour constater une augmentation à deux chiffres du nombre de nouveaux cas de coronavirus à La Réunion. C’était l’époque où plusieurs vols par jour continuaient d’arriver à La Réunion en provenance de France. Pour casser cette progression, les autorités avaient mis en place plusieurs mesures pour circonscrire les cas importés : limitation à 3 vols par semaine entre la France et La Réunion, quarantaine obligatoire de deux semaines pour tout nouvel arrivant et confinement de la population.
Ces mesures ont permis d’épargner relativement La Réunion. La discipline de la population en est responsable. Ceci a permis à notre île d’être un point d’appui important pour aider Mayotte à faire face à une flambée générale de l’épidémie, par l’accueil à La Réunion de patients venant de Mayotte afin d’éviter que l’hôpital de cette île soit submergé.

Ce 5 juillet, c’est donc un retour à une situation que La Réunion a déjà connu, mais le risque d’une flambée de l’épidémie du COVID-19 est plus important car :
- La Réunion est déconfinée.
- Plus de 20 vols par semaine sont prévus entre la France et La Réunion avec une tendance à augmenter.
- La quarantaine en centre dédié n’existe plus et la quarantaine à domicile n’offre pas les mêmes garanties de sécurité.
- La quarantaine est remise en cause par des acteurs économiques qui voudraient qu’elle disparaisse au plus tôt le 10 juillet.

Cela signifie donc une tendance au relâchement des mesures de précaution alors que le nombre de nouveaux cas vient de connaître une augmentation importante. De plus, le fait nouveau est l’annonce de plusieurs cas autochtones, ce qui fait craindre une circulation du virus à La Réunion dont il est bien difficile de connaître l’intensité.
Pour circonscrire l’épidémie, les mesures sont connues : fermeture de l’aéroport ou quarantaine de deux semaines en centre dédié, fermeture des lieux accueillant du public et confinement de la population.
C’est donc vers une toute autre tendance qu’il est nécessaire d’aller, ce qui signifie le maintien de la quarantaine obligatoire pour tour nouvel arrivant.

M.M.