Santé

Coronavirus à Madagascar : la région de Diego Suarez s’isole

Augmentation des nouveaux cas dans la région Diana

Manuel Marchal / 15 juillet 2020

Plus aucun véhicule particulier n’est autorisé à se rendre dans la région Diana au Nord de Madagascar afin d’empêcher l’arrivée de personnes porteuses du COVID-19 en provenance notamment d’Antananarivo, devenu après Toamasina l’épicentre de l’épidémie de coronavirus à Madagascar.

JPEG - 78.3 ko

Face à l’accroissement du nombre des personnes testées positives au COVID-19 dans la région Diana, dont le chef-lieu est Antsiranana ou Diego-Suarez, décision a été prise de fermer tous les accès en provenance des autres régions de Madagascar.
Outre la fermeture des aéroports au trafic passagers, tous les véhicules particuliers et les bus sont interdits d’entrée.

Au cours de ces dernières semaines, l’épicentre de l’épidémie s’est déplacé de Toamasina à Antananarivo. Sur 5.000 cas confirmés depuis le mois de mars, il reste près de 2.500 cas actifs pour autant de guérisons. Ces cas se situent essentiellement à Antananarivo où les hôpitaux doivent faire face à une forte demande. Ceci a entraîné l’ouverture de centres dédiés au traitement de patients atteints du COVID-19.

« Je pense que le pays a été trop prompt à déconfiner, à cause de la pression sociale et du contexte économique », explique Charlotte Faty Ndiaye, la représentante des Nations unies et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à Madagascar. « La population ne respecte pas non plus les directives et les gestes barrières, ça se voit tous les jours quand on sort dans la rue. Les gens vont chercher de quoi se nourrir et vivent au jour le jour. Le confinement en Afrique est très compliqué en règle générale. »