Santé

Coronavirus à Madagascar : les expatriés d’Ambatovy quittent le pays

Départ d’une première vague mercredi

Manuel Marchal / 29 mai 2020

Madagascar comptait hier 44 cas de coronavirus supplémentaires pour un total de 656 depuis le début de l’épidémie, majoritairement situés à Toamasina devenue l’épicentre de l’épidémie dans la Grande île. Accusée d’être un des principaux foyers du coronavirus à Madagascar, Ambatovy a décidé d’évacuer ses travailleurs expatriés de ses sites de Moramanga et de Toamasina. Plus de 800 personnes vont quitter le pays « temporairement ».

JPEG - 91.3 ko

« Considérant l’arrêt de la production depuis le 6 avril 2020 et la quarantaine stricte des sites d’Ambatovy, la compagnie a décidé de rapatrier temporairement une grande majorité de son personnel expatrié et leurs familles ainsi que les expatriés de ses sous-traitants bloqués sur les sites, notamment pour avoir un nombre d’employés qui corresponde au niveau d’activités et réduire la pression éventuelle sur les services de santé, et aussi pour réduire les coûts de charges en l’absence de production et de revenus (…) Ce rapatriement du personnel expatrié est temporaire, la compagnie compte reprendre la production dès que les conditions le permettront, avec l’ensemble du personnel national et expatrié. ». Cet extrait d’un communiqué de la direction du groupe minier annonce le départ de Madagascar de plus de 800 expatriés de 39 nationalités travaillant à Moramanga ou à Toamasina. Une première vague de 200 est partie mercredi.

La mine d’Ambatovy à Moramanga et son usine à Toamasina se trouvent dans la région de Madagascar la plus touchée par l’épidémie de COVID-19.
Peu après la découverte des premiers cas de coronavirus sur des personnes venant de France, des cas avaient été identifiés chez des salariés d’Ambatovy. Cela a conduit le gouvernement à placer les 8.000 salariés, dont environ 800 expatriés, de cette multinationale en quarantaine. Mais au cours de ces deux dernières semaines, il s’avère que la majorité des nouveaux cas confirmés à Madagascar viennent de Toamasina et de Moramanga, deux villes abritant les sites de production d’Ambatovy. Les 2 décès répertoriés sont également survenus à Toamasina, dont un employé d’Ambatovy.

« Les deux sites d’Ambatovy (Moramanga et Toamasina) dans cette partie orientale de Madagascar sont considérés ces derniers temps comme les principaux foyers du coronavirus dans le pays. De nombreuses personnes testées positives au Covid-19 enregistrées dans la capitale ces dernières semaines seraient en provenance des sites d’Ambatovy, malgré la mise en quarantaine imposée par le Chef de l’État dès le mois d’avril. Il y aurait donc des fuites sur les sites d’où la prolifération des cas confirmés du coronavirus ces dernières semaines », précise Madagascar Tribune d’hier.
Le syndicat FISEMA avait fait part de discrimination visant les travailleurs de la multinationale, accusés de répandre le coronavirus à Toamasina.

M.M.