Santé

Coronavirus à Madagascar : premier décès, extension du confinement et création d’un laboratoire

Confirmation de la situation inquiétante à Toamasina

Manuel Marchal / 18 mai 2020

Le pays du Covid-Organics a déploré ce week-end son premier mort du coronavirus : un employé gardien du parking de l’hôpital de Toamasina, ville portuaire où la situation est plus inquiétante au regard de l’épidémie. L’apparition de cas dans la région de Moramanga a entraîné l’extension des mesures de confinement à l’Alaotra Mangoro, qui rejoint les régions de l’Analamanga, de Matsiatra Ambony et de l’ Antsinanana. Il est interdit d’entrer et de sortir de ces 4 régions. Dans son intervention télévisée hier, le chef de l’État a aussi annoncé la création d’un laboratoire « 100 % malagasy » :« ce nouveau laboratoire ainsi qu’une industrie pharmaceutique devront être inaugurés avant la fête nationale, qui marquera le 60e anniversaire du retour à l’indépendance », écrit notre confrère « l’Express ». 21 nouveaux cas sont confirmés hier, ce qui porte à 304 le nombre de cas confirmés à Madagascar depuis l’arrivée du virus depuis la France.

JPEG - 80.2 ko
La découverte de cas à Moramanga a entraîné l’extension du confinement à cette région.

Un homme de 57 ans est décédé du Covid 19 à Toamasina, a annoncé hier le professeur Hanta Vololontiana, doyenne de la Faculté de médecine d’Antananarivo et porte-parole du Centre de commandement en charge de la lutte contre le COVID-19. L’homme décédé était un employé gardien du parking de l’hôpital. L’homme était diabétique et avait un problème d’hypertension artérielle. 2 autres patients sont dans un état grave, 190 sont en traitement. 114 guérisons sont confirmées depuis le début de l’épidémie.
21 nouveaux cas confirmés de Covid-19 ont également été annoncés ce 17 mai, portant le total de nombre de cas confirmés à 304. 6 nouveaux cas sont localisés à Toamasina, alors que si les 15 autres cas sont des personnes habitant à Antananarivo, elles disent toutes avoir séjourné récemment à Toamasina ce qui confirme que la situation dans la ville portuaire reste plus inquiétante qu’ailleurs. Rappelons que lors d’un précédent point de situation, les autorités avaient annoncé une dizaine de nouveaux cas localisés à Moramanga.

Confinement à Moramanga

Point de départ de la révolte de 1947 contre l’occupation française, Moramanga est un important carrefour routier sur la route qui relie le port de Toamasina à la capitale Antananarivo. Cela signifie que toutes les marchandises importées consommées à Antanarivo, ainsi que ceux qui les transportent, transitent par Moramanga.
Intervenant hier à la télévision, le président de la République a annoncé de nouvelles mesures pour faire face à l’épidémie.
Le confinement partiel s’appliquant à l’Analamanga (région d’Antananarivo), Matsiatra Ambony (région de Fianarantsoa) et Antsinanana (région de Toamasina) est étendu à l’Alaotra Mangoro (région de Moramanga). Il est interdit d’entrer et de sortir de ces régions.
La veille, le Conseil des ministres avait décidé de prolonger de deux semaines l’état d’urgence sanitaire à Madagascar.

« Vivre pleinement son indépendance »

Il a également évoqué la création d’un nouveau laboratoire, 100 % malagasy. « ce nouveau laboratoire ainsi qu’une industrie pharmaceutique devront être inaugurés avant la fête nationale, qui marquera le 60e anniversaire du retour à l’indépendance », écrit notre confrère « l’Express ».
« l’inauguration de ce nouveau laboratoire est l’une des décisions et démarches devant marquer cet « état d’esprit d’indépendance », que la nation arborera dorénavant », indique notre confrère, reprenant les propos du chef de l’État selon lesquels « la crise sanitaire que le monde traverse actuellement doit être une occasion pour la Grande île « d’affirmer son identité et de vivre pleinement son indépendance » ».
« Le discours présidentiel d’hier, laisse clairement entendre une volonté de se détacher des ancrages internationaux dans cette guerre épidémiologique. « Nous sommes prêts à collaborer avec tout le monde dans le relèvement du pays. Que ce soit localement ou sur le plan international. Seulement, Madagascar n’a d’ordre à recevoir d’aucun pays, ni organisation dans ses choix et la voie qu’il veut suivre », assène Andry Rajoelina. »

Guérisons avec le Covid-Organics

A Madagascar, les chercheurs de l’IMRA ont mis au point le Covid-Organics, remède traditionnel amélioré contre le coronavirus. Ce remède a été utilisé avec succès en curatif, ce qui est une preuve de son efficacité, avait rappelé la semaine dernière le président Rajoelina sur les ondes de France24 et RFI.
L’évolution de la courbe de l’épidémie est donc scrutée avec attention par les défenseurs de l’industrie pharmaceutique, ébranlée par la découverte de ce traitement à partir de plantes médicinales à l’efficacité reconnue depuis 2400 ans pour l’artemisinia, principal composant du Covid-Organics.

M.M.