Santé

Coronavirus à Madagascar : Toamasina devient la ville la plus touchée

La majorité des nouveaux cas se concentre dans le plus important port du pays

Manuel Marchal / 14 mai 2020

A Toamasina, la situation est inquiétante. Le 12 mai, sur 212 cas de coronavirus recensés pour tout le pays, 93 sont dénombrés dans le plus important port de Madagascar. Le CHU de Toamasina accueille maintenant plus de malades du COVID-19 que les hôpitaux de la capitale Antananarivo.

JPEG - 74.8 ko
Campagne de dépistage du COVID-19 à Toamasina.

Le week-end dernier, le président de la République de Madagascar était en déplacement à Toamasina pour accentuer la mobilisation contre l’épidémie de COVID-19. L’intensification des tests a montré le développement inquiétant de l’épidémie dans la ville portuaire. Désormais, la majorité des nouveaux cas se concentre dans cette région.
« Les résultats des tests d’identification du coronavirus, disponibles en date du 12 mai, font état de quinze cas positifs découverts à Toamasina, trois nouveaux malades à Moramanga et deux porteurs de la covid-19 à Antananarivo. Depuis la semaine dernière, la situation de la riposte à la pandémie révèle un ralentissement du nombre de guéris tandis que parallèlement, avec les vingt cas positifs qui viennent d’être rapportés, le nombre de malades atteint les cent-cinq », explique « L’Express » qui cite la Pr Vololontiana, doyenne de la Faculté de médecine d’Antananarivo et porte-parole du Centre de commandement opérationnel de la lutte contre la covid-19 : « À Toamasina, il y a maintenant soixante dix malades et vingt-trois guéris ».
Selon « l’Express », « dans la ville de Toamasina où l’hôpital « Manara-penitra » héberge le nombre le plus élevé de malades de la covid-19, le confinement est toujours mal suivi ». quant à la situation à Moramanga, où 4 cas sont dénombrés depuis l’importation du virus à Madagascar depuis la France, le confinement n’a pas été ordonné.
Afin de circonscrire les chaînes de transmission, le gouvernement a mis en place des barrages afin de limiter les déplacements pour sortir et entrer dans les régions les plus touchées. Ces restrictions touchent notamment les habitants de la capitale. Si dans l’Alamanga, région d’Antananarivo, le nombre de guérisons est le double de celui des malades en court de traitement, dans la région d’Atsinanana, où se situe Toamasina, cette proportion est plus qu’inversée, avec trois fois plus de malades que de guérisons, souligne « l’Express ».

M.M.