Santé

Coronavirus : améliorer l’accès aux soins et la protection du personnel sanitaire

Rapport sur la COVID-19 en Afrique

Témoignages.re / 25 septembre 2020

Plus de 24 000 adultes répartis dans 18 États membres de l’Union africaine apportent des informations sur les effets indirects du virus.

JPEG - 69.6 ko

La plupart des États membres de l’Union africaine (UA) ont rapidement mis en œuvre des mesures de santé publique et sociales (MSPS) pour contenir l’épidémie de COVID-19. Ces mesures ont probablement ralenti la propagation du virus, et le nombre de cas en Afrique est resté inférieur aux prévisions. Bien que de nombreux gouvernements aient depuis lors assoupli les restrictions, permettant ainsi la reprise d’une certaine activité économique, de nouvelles recherches menées par le Partenariat pour une réponse à la COVID-19 fondée sur des données probantes (PERC) mettent en exergue les charges indirectes importantes que le virus fait peser en Afrique et offrent des recommandations aux gouvernements à l’heure où les pays augmentent ou réduisent les MSPS pour contrôler la pandémie.

Problèmes d’accès à la nourriture

Près de la moitié des personnes interrogées ont déclaré avoir renoncé aux soins habituels pendant la pandémie, selon le dernier rapport du PERC - le deuxième de sa série « Utiliser les données pour trouver un équilibre » (Using Data to Find a Balance) - qui s’appuie sur une enquête menée auprès de plus de 24 000 adultes dans 18 États membres de l’Union africaine, ainsi que sur des données sociales, économiques et épidémiologiques provenant de plusieurs sources. Jusqu’à 70 % des personnes interrogées ont déclaré avoir rencontré des problèmes d’accès à la nourriture pendant la semaine précédente, et le même pourcentage de personnes interrogées ont déclaré gagner moins d’argent que l’année dernière à la même époque. Malgré tout, le respect des MSPS est resté fort, et 85 % des personnes interrogées ont déclaré avoir porté un masque de protection au cours des sept jours précédents.

Réactivité des membres de l’Union africaine

« Les États membres de l’Union africaine ont fermement réagi à la COVID-19 », a déclaré le Dr John Nkengasong, directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies. « Les données présentées dans le nouveau rapport du PERC vont permettre aux décideurs de ne pas se fixer uniquement sur le nombre de cas de COVID-19 et de prendre plutôt en compte la santé et le bien-être d’une façon plus globale et d’adapter les mesures d’intervention en conséquence. »

Les gouvernements et les organisations d’aide internationale doivent agir rapidement afin de rétablir l’accès aux services de santé pour les soins qui ne concernent pas la COVID-19 et pour reconstruire la demande publique de services.

Soins manqués ou retardés

Parmi les participants à l’enquête qui ont eu besoin de soins de santé pendant la pandémie, près de la moitié ont déclaré avoir sauté ou retardé des soins ; parmi ceux qui ont eu besoin de médicaments, près de la moitié ont déclaré avoir eu plus de difficultés à les obtenir. Les services de soins de santé les plus souvent retardés ou omis ont été les examens de contrôle, suivis par les soins pour la malaria, le diabète, les problèmes cardiovasculaires, les soins prénataux et les soins aux enfants de moins de 5 ans.

« Comme lors des épidémies précédentes, nous constatons que les soins de santé manqués et retardés ont un fort prix à payer », a déclaré le Dr Zabulon Yoti, directeur régional par intérim du groupe de l’état de préparation et de la réponse aux urgences de l’Organisation mondiale de la santé. « Même les examens de contrôle sont essentiels pour dépister et traiter les personnes atteintes de maladies transmissibles et non transmissibles. Nous devons protéger l’accès aux soins de santé en veillant à ce que les établissements soient équipés pour traiter les infections à la COVID-19 et pour offrir une protection adéquate au personnel sanitaire ».

Respect des protocoles sanitaires

La plupart des personnes interrogées se sont déclarées favorables à la réouverture de leurs économies nationales, mais elles ont également fait part de leur forte anxiété face à la reprise des activités normales. Les données indiquent que la COVID-19 est considérée comme une menace sérieuse, mais que pour beaucoup, les besoins économiques l’emportent sur l’inquiétude de contracter le virus.

Toutefois, l’observance de ce que l’on appelle les « 3 M » - masque mis, mains bien lavées et maintenir la distance - est resté élevée, ce qui indique aux responsables politiques la voie à suivre. Un soutien efficace des gouvernements à ces mesures comportementales pourrait atténuer le besoin de mesures plus restrictives à l’avenir.

« La COVID-19 a menacé les progrès effectués à l’égard de tous les objectifs de développement durable, et les données du PERC montrent clairement l’importance de mesures d’aide ciblées », a déclaré la Dr Elsie S. Kanza, responsable de l’agenda régional pour l’Afrique et membre du comité exécutif du Forum économique mondial. « Ces mesures sont nécessaires pour favoriser la reprise économique, protéger la santé et empêcher les inégalités de se creuser. »

Le rapport souligne également les lacunes dans la communication des données clés, notamment les données sur la transmission au sein des communautés et l’observance des mesures préventives, ce qui limite la rapidité et l’impact des efforts déployés pour gérer les épidémies locales et rend difficile le bon dimensionnement des MSPS.
« Les données sont essentielles pour notre défense contre la COVID-19, et plus les gouvernements des États membres de l’UA pourront s’y fier pour étayer leurs décisions, plus leur réponse sera efficace », a déclaré le Dr Tom Frieden, président-directeur général de Resolve to Save Lives, une initiative de Vital Strategies.