Santé

Coronavirus aux Seychelles : fermeture des écoles malgré la vaccination de la majorité de la population

Application du principe de précaution

Manuel Marchal / 7 mai 2021

Les Seychelles sont beaucoup plus avancées que La Réunion en termes de vaccination contre la COVID-19 : la majorité de la population a déjà reçu les deux doses de vaccin et l’immunité collective est proche. Malgré cela, le gouvernement a décidé de fermer les écoles et de maintenir le couvre-feu en raison de l’accélération de la circulation du virus dans le pays. Ceci donne une idée de ce qui attend La Réunion où moins de 10 % de la population a reçu seulement la première dose, si les autorités sanitaires décidaient d’appliquer le principe de précaution de la même manière qu’aux Seychelles.

JPEG - 36 ko

Lors du début de la pandémie de coronavirus, les Seychelles ont appliqué la même décision que Maurice, pays le plus proche de La Réunion, ou la Kanaky-Nouvelle Calédonie, collectivité de la République : fermeture de tous les aéroports. Ceci a permis aux Seychelles d’être quasiment épargnée par l’épidémie de coronavirus l’année dernière. Dans ces conditions, les élections ont pu se dérouler normalement.
Les Seychelles ont ensuite progressivement réouvert le pays aux touristes et ont dû faire face à des cas importés par les nombreux bateaux de pêche qui y déchargent leur marchandise.
Le pays a ensuite lancé une campagne de vaccination précoce dès le mois de janvier. Selon le gouvernement, « plus de 59 600 personnes ont reçu les deux doses de vaccins, soit 85 pour cent de la population ciblée » pour une population de 95.000 habitants. La barre des 70 % considérée comme condition de l’immunité collective se rapproche. Les Seychelles misent en effet sur la vaccination pour que son secteur touristique puisse fonctionner comme avant la pandémie.

De nouveaux des restrictions

Malgré tout, le coronavirus circule désormais aux Seychelles, rappelle une conférence de presse du commissaire à la santé publique tenue mardi :
« Depuis la dernière mise à jour du ministère de la Santé, 497 nouveaux cas de COVID-19 ont été enregistrés sur une période de trois jours. Ce sont des échantillons prélevés les 29 et 30 avril et le 1er mai.
Cela porte le nombre cumulé de cas confirmés à 6 373. Plus de 5 000 personnes – 5.277 - se sont rétablies du virus et 28 décès ont été enregistrés.
Il y a actuellement 1.068 cas actifs, parmi lesquels 84 pour cent sont des Seychellois et 16 pour cent sont des étrangers. Quelque 65 pour cent des cas actifs ne sont pas vaccinés ou n’ont reçu qu’une seule dose, tandis que les autres ont pris les deux doses. »
En conséquence, « tous les établissements d’enseignement aux Seychelles ont fermé mardi pour trois semaines, les autorités sanitaires ayant réintroduit des restrictions sociétales pour freiner l’augmentation des transmissions de COVID-19. (...)Les restrictions réintroduites comprennent la fermeture anticipée des magasins, des bars et des casinos, une interdiction des rassemblements de commémoration, des spectacles, des activités sportives de groupe et des conférences.
Les travailleurs non essentiels qui le peuvent sont également encouragés à travailler à domicile. Le couvre-feu de 23 heures restera en vigueur. »

Enseignement pour La Réunion

Ceci souligne que même aux Seychelles qui figure parmi les pays les plus avancés au monde en termes de vaccination contre la COVID-19, le retour à la vie d’avant la pandémie est bien difficile une fois que le virus est entré dans un territoire. En effet, le vaccin ne ptotège pas des contaminations. Un vacciné est donc tout aussi contagieux qu’une personne qui n’a pas reçu ce médicament. Il s’avère que sur plus de 1.000 cas actifs, plus de 300 ont reçu les deux doses de vaccin et doivent donc au mieux rester confinées chez elle et au pire recevoir des soins à l’hôpital.
Ceci indique donc que malgré le fait que la majorité de la population soit totalement vaccinée, il n’est toujours pas question de retour à la normale.
A La Réunion, le taux de vaccination est bien plus faible qu’aux Seychelles. Au 1er mai, moins de 10 % de la population a reçue une première injection et n’est donc pas correctement protégée. L’objectif est d’atteindre 40 % de la population adulte ayant reçue une première dose d’ici le début du mois de juillet. Cela veut dire qu’il faudra encore du temps pour arriver à la situation des Seychelles sur ce plan. Et si les autorités sanitaires décidaient à La Réunion d’appliquer le principe de précaution de la même manière qu’aux Seychelles, alors les Réunionnais pourraient s’attendre à des fermetures d’école et au maintien des mesures restrictives de liberté pour encore de longs mois.

M.M.