Santé

Coronavirus : comment protéger La Réunion de l’aveuglement de Paris ?

« Protéger La Réunion du reste de la zone » : l’incroyable déclaration d’Emmanuel Macron nie la réalité et exonère Paris de sa responsabilité dans la contamination de La Réunion

Manuel Marchal / 30 avril 2021

« Protéger La Réunion du reste de la zone », telle est l’analyse faite par le premier des Français dans une interview parue aujourd’hui dans le Quotidien. Comment Paris peut-il faire une telle erreur d’analyse ? Car dans la « zone », ce sont Mayotte et La Réunion, deux territoires intégrés à la France, qui sont les pays les plus touchés par le coronavirus, et de loin ! A croire que le complexe de supériorité des dirigeants occidentaux est une réalité, et qu’il leur donne une vision totalement inversée de la stratégie à mener. Car il est clair que pour La Réunion face au coronavirus, le principal danger a toujours été l’importation du coronavirus et de ses variants par les passagers qui viennent de France et qui ne sont astreints à aucune quarantaine obligatoire. Autrement dit, le seul moyen de protéger La Réunion de toute arrivée de nouveaux variants, c’est la fermeture de l’aéroport à tous les vols réguliers, notamment ceux venant de France. Une fois de plus, la question de la responsabilité des Réunionnais dans les décisions qui les concernent directement est posée.

JPEG - 68.5 ko

Le président de la République a choisi aujourd’hui la presse régionale pour s’exprimer sur la gestion de l’épidémie de coronavirus par la France. « Le Quotidien » publie aujourd’hui une des interviews du chef de l’État, qui traite de la situation à La Réunion et des perspectives.
Emmanuel Macron annonce donc la stratégie que la France a décidé pour La Réunion et ses habitants :

« Et donc la stratégie à La Réunion, ça va être une stratégie adaptée : protéger l’île du reste du contexte régional, maintenir la stratégie actuelle d’un couvre-feu 18h-5h, se mettre en situation de gérer cette double épidémie dengue et COVID, et avoir une approche très territorialisée aussi pour la reprise de l’activité touristique, qui est très importante.
J’ai aussi entendu vos élus, d’ailleurs, qui ont plutôt dit : « nous, on souhaite avoir une reprise de l’activité touristique accompagnée, mais en favorisant le tourisme local, et en évitant de réimporter, là-dessus, de l’épidémie ». »

Emmanuel Macron contre les faits indiscutables

Autrement dit, pour le chef de l’État, il faut protéger La Réunion de ses voisins. Ce point de vue semble totalement déconnecté de la réalité. En effet, le plus proche voisin de La Réunion est l’île Maurice où sont dénombrés depuis plus d’un an 1207 cas et 17 décès pour un pays d’un peu plus d’un million d’habitants. Le nombre total de cas à Maurice est inférieur à celui des cas importés essentiellement de France à La Réunion. Madagascar, deuxième pays le plus proche de La Réunion et comptant moins de 30 millions d’habitants, ce sont 36510 cas pour 631 décès en un an.
Avec officiellement plus de 20.000 cas et près de 150 morts en un an pour moins d’un million d’habitants, La Réunion est indiscutablement un pays où le coronavirus circule beaucoup plus activement qu’à Madagascar, tandis qu’il ne circule pas à Maurice.
Pour une population deux fois et demi plus nombreuse que Madagascar, la France compte officiellement plus de 5 millions de cas pour 104.000 morts en un an. Or, la France est le seul pays avec qui des liaisons régulières ont été maintenues sans discontinuer depuis un an, et sans quarantaine obligatoire surveillée depuis juillet 2020. C’est de France qu’est venu le coronavirus, ainsi que l’essentiel des 1377 cas importés qui sont à l’origine de la contamination de La Réunion par la COVID-19. En effet, depuis le mois de mars 2020, plus aucun vol régulier n’est assuré vers Madagascar, tandis que Maurice compte laisser ses frontières fermées jusqu’à la mi-2021. Ce n’est donc pas de nos voisins que vient le danger, et notamment le risque d’importation de variant de la COVID-19.

Seule stratégie possible : fermer l’aéroport aux vols venant de France

La seule stratégie permettant de protéger La Réunion reste la fermeture des liaisons aériennes régulières avec la France. C’est ce qu’a décidé la Kanaky-Nouvelle Calédonie depuis le début de la pandémie. Le résultat de cette stratégie décidée par un territoire de la République est le suivant : 123 cas et 0 décès.
Pour ne pas avoir choisi cette décision qui s’imposait, les autorités compétentes sont responsables de l’importation d’une crise sanitaire à La Réunion qui a fait déjà de trop nombreuses victimes, sans oublier les conséquences sociales et économiques. Ceci est donc dans le droit fil de l’aveuglement des autorités parisiennes, selon lesquelles ce sont les voisins de La Réunion qui sont un danger pour notre pays, et pas le pont aérien avec un des pays au monde parmi les plus contaminés par le coronavirus. Nier l’évidence de la contamination de La Réunion par des passagers venus de France, et faire porter cette responsabilités à ceux venant des pays voisins est extrêmement dangereux.
Cela fait passer aux yeux de nos voisins La Réunion pour un pays arrogant, considérant que ses voisins sont un danger pour la population réunionnaise alors que c’est totalement faux.
Il est clair que pour La Réunion face au coronavirus, le principal danger a toujours été l’importation du coronavirus et de ses variants par les passagers qui viennent de France et qui ne sont astreints à aucune quarantaine obligatoire sous surveillance continue. Autrement dit, le seul moyen de protéger La Réunion de toute arrivée de nouveaux variants, c’est la fermeture de l’aéroport à tous les vols réguliers, notamment ceux venant de France. Une fois de plus, la question de la responsabilité des Réunionnais dans les décisions qui les concernent directement est posée.

M.M.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • on peut aussi voir la réalité en sens inverse. Nous ne nous protégeons pas de nos nos voisins , mais ce sont nos voisins qui se protègent de nous en nous empêchant de venir chez eux .

    Ce point étant précisé ,il faut admettre que nous sommes français et soumis aux lois françaises . le virus du coronavirus circule entre la Réunion et les autres régions en fonction des règles prises en France pour lutter contre l’épidémie . Il est difficile de dire qu’il y a plus de virus qui ont franchi les frontières de notre région que celle d’une autre région française puisque notre taux d’incidence est resté toujours en dessous de celui de des autres régions de métropole.

    Ce qui est dommage c’est que l’on n’ait pas pris des meures de contrôle plus sévères pour les personnes venant de l’Union européenne dès le début de l’épidémie . Nous avons bien été confiné en même temps que les autres régions françaises alors que le virus ne circulait pas à la Réunion . . Cette mesure de confinement aurait pu être évitée compte tenu des conséquences qu’elle a eu sur notre économie déjà très fragile ; mais lorsque le confinement a été levé il aurait fallu empêcher le virus de passer de la France vers la Réunion puisqu’il n’y avait presque aucun cas dans notre île.

    Comme les frontières avec nos voisin sont restées fermées c’est de la France qui nous aurions du être protégés et c’est toujours le cas actuellement .Notre appartenance à la France et à l’union européenne n’empêche pas de prendre des mesures spécifiques de protection lorsqu’elles sont nécessaires . on l’a bien fait sur le plan économique et social , pourquoi ne l’avons nous pas fait sur le plan sanitaires . il y a une incohérence flagrante de la part de nos gouvernants .

    Je partage donc tout à fait cet avis , notre situation sanitaire actuelle aurait été certainement meilleure si des le début de l’épidémie nous avions pris toutes les mesures spécifiques nécessaires pour empêcher le virus d’entrer à la Réunion et peut être que si les décisions pouvaient être prises par les réunionnais eux mêmes le résultat aurait été différent . Il y a peut être une leçon à tirer de de cette situation pour l’avenir que ce soit sur le plan sanitaire ou sur d’autres plans .

    Article
    Un message, un commentaire ?