Santé

Coronavirus en Afrique australe : près de 75.000 vies sauvées si le masque est obligatoire

Une étude rappelle que l’épidémie est encore loin d’être terminée dans notre région

Témoignages.re / 12 août 2020

Les décès peuvent varier de 85 688 à 180 273, selon les Mesures de Prévention. L’Afrique du Sud, le Kenya, le Malawi, la Zambie et le Zimbabwe sont les plus exposés à un nombre élevé de décès. Pour le Dr John Nkengasong, directeur du CDC Afrique : « Plusieurs milliers de décès peuvent être évités »

JPEG - 98.8 ko

Dans les nouvelles projections du COVID-19 pour l’Afrique subsaharienne publiées hier, l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) de l’Université de Washington prévoit qu’avec l’adhésion presque universelle aux recommandations de port de masque et de distanciation sociale les pays touchés pourraient éviter jusqu’à 73 085 décès dans la région d’ici le 1er décembre.

Même dans ce meilleur des cas, la pandémie ferait toujours des ravages dans la région, avec un total estimé à 85 688 décès par COVID-19 en décembre (contre 15 000 décès à la mi-juillet). Si les gouvernements continuent à assouplir les mesures de distanciation sociale et que le port de masques n’est pas largement pratiqué, le nombre total de décès au 1er décembre pourrait atteindre 180 273.
L’adhésion quasi universelle au port de masque et à d’autres mesures de prévention pourrait réduire le nombre de morts à 85 688 décès au total d’ici le 1er décembre. Cependant, si les gens ignorent ces efforts, l’IHME prévoit 158 773 décès.

Mauvais exemple des USA

« Il est encourageant de constater que dans de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, les premiers mandats pour pratiquer la distanciation sociale et limiter les déplacements ont atténué la propagation du COVID-19 », a déclaré le directeur de l’IHME, le Dr Christopher Murray. « Ces nouvelles projections suggèrent que de telles recommandations doivent continuer à jouer un rôle critique et que les citoyens de tous les pays devraient porter des masques régulièrement. Comme nous l’avons vu aux États-Unis, le prix d’un relâchement prématuré de ces efforts d’atténuation pourrait être une augmentation significative des nouveaux cas et des décès.
La modélisation par l’IHME de la pandémie de COVID-19 s’appuie sur les rapports des ministères africains de la santé ainsi que sur des données caractérisant la propagation du virus à partir de pays du monde entier. Les projections ont été produites en consultation avec le CDC africain, une branche de l’Union africaine.

« Ces données fournissent un ensemble supplémentaire de projections que les gouvernements peuvent prendre en considération dans leur processus de prise de décision sur la meilleure façon de protéger des vies », a déclaré le Dr John Nkengasong, directeur du CDC Afrique. « Plusieurs milliers de décès peuvent être évités en continuant d’encourager l’utilisation correcte, généralisée et cohérente du masque, la distanciation sociale et les mouvements prudents des personnes. Au CDC Afrique, nous travaillons en étroite collaboration avec les chefs d’État, les ministres de la Santé et d’autres pour fournir des conseils sur la façon de faire face à cette épidémie, tout en cherchant à minimiser les conséquences économiques et sociales. »

Selon les projections de l’IHME, le plus grand nombre de décès est susceptible de se produire en Afrique du Sud, en Zambie, au Kenya, au Malawi et au Zimbabwe.