Santé

Coronavirus en France : vers le masque obligatoire partout

Pendant ce temps, plus de 1000 personnes arrivent à La Réunion tous les jours sans être sûres d’être ou pas contaminées

Manuel Marchal / 6 août 2020

Les nouvelles restrictions prévues pour la France montrent que le coronavirus continue d’y circuler activement ce qui n’est pas le cas de La Réunion. Mais alors que la France se dirige vers le port du masque obligatoire y compris dans la rue, ce sont plus de 1000 passagers en provenance de ce pays qui viennent tous les jours à La Réunion sur la base d’un test négatif qui n’a pas été suivi par une quarantaine avant d’embarquer, d’où la découverte de plusieurs cas une semaine après leur arrivée. Au moment où la France envisage de nouvelles restrictions pour protéger sa population, le flux de voyageurs en provenance de ce pays ne cesse de grandir et tout cela sans quarantaine obligatoire. De quoi s’interroger sur les conséquences d’une telle politique.

JPEG - 38.1 ko

Depuis la levée de l’état d’urgence sanitaire en France, le nombre de cas de coronavirus continue d’augmenter tous les jours, ainsi que celui des décès liés. Face à la recrudescence du risque de transmission en raison du déconfinement, et du fait d’une connaissance incomplète des conditions de survie du virus en dehors de son hôte, plusieurs autorités ont rendu le port du masque obligatoire y compris dans la rue. C’est ce que rappelle France 24 dans un article daté du 4 août :

« Depuis le 20 juillet, le masque est obligatoire dans les lieux publics clos. Et depuis quelques jours, de nombreuses communes ont choisi de l’imposer en extérieur. Nice, Biarritz, Strasbourg, Lille… La liste des arrêtés municipaux ou préfectoraux s’allonge jour après jour pour tenter de limiter la propagation du Covid-19. Encouragés par le gouvernement, certains préfets l’imposent dans certaines rues, d’autres limitent cette obligation aux marchés, d’autres encore l’exigent lors de certains événements ne permettant pas le respect de la distanciation physique ».
« Depuis le 3 août, le masque est obligatoire en extérieur dans certaines zones de la métropole de Lille, notamment les rues très fréquentées, les zones piétonnes, les abords des gares et les parcs. Un arrêté concernant 95 communes de la métropole pris, alors que le taux de positivité aux tests a augmenté, dans le Nord, de près de 16 % en une semaine.
Même schéma à Nice. Alors que Santé Publique France a annoncé, le 31 juillet, une hausse des admissions de patients atteints de coronavirus dans les Alpes-Maritimes, le maire de Nice, Christian Estrosi, a pris, le 2 août, un arrêté municipal imposant le port du masque dans les espaces extérieurs les plus fréquentés de la ville (...) ».

« Après Nice, Lille, Bayonne ou encore Biarritz, c’est au tour de Toulouse de prendre des mesures supplémentaires pour lutter contre le coronavirus. La Nouvelle-Aquitaine fait face à une recrudescence de l’épidémie : Santé Publique France indiquait 6.075 cas de Covid-19 confirmés dans la région le 30 juillet, contre 5.880 une semaine avant. », précise « Les Echos » en date du 5 août.

A Paris, suite à un rapport de l’ARS sur l’évolution de l’épidémie, le prefet de Police indique que « Le port du masque sera rendu obligatoire dans certains espaces publics extérieurs à forte fréquentation de la Capitale ». Cette décision est également demandée par la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Rappelons que plusieurs pays ont choisi de rendre le port du masque obligatoire dès le début des mesures de restriction de circulation. Madagascar est notamment dans ce cas, ceci explique sans doute pourquoi la situation y est moins grave qu’à Mayotte ou en France par exemple.

Toutes ces décisions confirment que la France n’arrive pas à faire reculer suffisamment l’épidémie pour que la reprise des activités puissent se faire en toute sécurité. Mais les conséquences de cette situation se font ressentir à La Réunion. Lundi, le journal télévisé de Réunion Première a annoncé l’ouverture d’un centre de dépistage dédié aux passagers afin qu’ils puissent se faire tester une semaine après leur arrivée. En effet, le test préalable à l’embarquement n’est pas une garantie suffisante. Pendant le reportage, il a été dit que 1800 personnes arrivent par jour à l’aéroport de La Réunion. Ce sont quasiment tous des passagers venant de France, là où des décisions restreignant les libertés sont prises afin de lutter plus efficacement contre l’épidémie.

Autrement dit, au moment où la France envisage de nouvelles restrictions pour protéger sa population, le flux de voyageurs en provenance de ce pays ne cesse de grandir et tout cela sans quarantaine obligatoire. De quoi s’interroger sur les conséquences d’une telle politique.

M.M.