Santé

Coronavirus en Guyane : l’épidémie de COVID-19 flambe dans l’État d’Amapa

234 cas confirmés hier en Guyane, plus de 4000 nouveaux cas en 2 jours dans l’État frontalier de la Guyane

Manuel Marchal / 25 juin 2020

La flambée de l’épidémie de coronavirus en Guyane a entraîné une visite officielle de la ministre des Outre-mer. L’augmentation brutale du nombre de cas se situe dans un contexte d’explosion de l’épidémie dans le pays voisin, le Brésil, devenu un épicentre mondial de la pandémie. Les nouvelles en provenance de l’État frontalier de l’Amapa ne sont pas rassurantes, avec plus de 4000 nouveaux cas annoncés lundi et mardi.

JPEG - 69.6 ko

La Guyane a vu l’épidémie de COVID-19 prendre des proportions inquiétantes après le confinement. Le dernier bilan publié hier par les autorités annonce 234 nouveaux cas confirmés, 102 personnes hospitalisées dont 15 en réanimation. 4 patients ont dû être évacués dans d’autres territoires. Depuis l’arrivée du COVID-19 en Guyane, 2827 cas ont été confirmés, et 9 décès sont à déplorer.
A La Réunion, l’épidémie est essentiellement le fait de cas importés de France en raison du refus des autorités de fermer l’aéroport, et de la pression du lobby anti-quarantaine pour faire admettre à La Réunion des personnes susceptibles de porter le virus sans autre précaution qu’un test pas fiable à 100 %. En Guyane, la situation est différente.
Ce territoire partage une longue frontière commune avec le Brésil au cœur de la jungle amazonienne. Cette zone est un lieu de passage de nombreux clandestins, en raison de l’exploitation de mines d’or. Mais le Brésil est un pays dont le président a refusé tout confinement et mène campagne contre les gouverneurs de province qui prennent des mesures visant à protéger la population de l’épidémie de COVID-19. Par conséquent, le Brésil est devenu un épicentre mondial de l’épidémie de coronavirus.

Plus de 4000 nouveaux cas en 2 jours dans l’Amapa

Cela se traduit par les informations suivantes en provenance de l’État frontalier de la Guyane, l’Amapa.
Le bulletin officiel publié par l’État de l’Amapa de ce lundi 22 juin apporte les résultats de la deuxième étape des résultats des tests de masse réalisés par la Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz), à Rio de Janeiro. À ce stade, il y a 2 504 cas confirmés par Fiocruz ; 203, par le Laboratoire central d’Amapá (Lacen) et des laboratoires privés ; 69, par des tests rapides ; et 66, selon des critères cliniques et épidémiologiques, sur un total de 2 842. Le bulletin du lendemain donnait les résultats suivants : 1 755 nouveaux cas, dont 1 355 sont confirmés par la CEI et Fiocruz ; 135 par le Laboratoire Central d’Amapá (Lacen) et laboratoire privé ; 168 pour les tests rapides ; et 97 selon des critères cliniques et épidémiologiques.
Ce mardi 23, il y avait 26 437 cas confirmés dans l’État de l’Amapa et 380 morts.

Réponse de la France

Face à cette situation, le gouvernement a envoyé la ministre des Outre-mer en visite officielle pendant 2 jours. Annick Girardin a fait les annonces suivantes selon Guyane Première :

« 17 soignants sont arrivés lundi et ont ainsi permis d’augmenter la capacité effective de 6 lits de plus en réanimation Covid-19
Mercredi 24 juin, arrivée d’une cargaison de 1 200 tenues de protection, 66 000 masques chirurgicaux et 30 pousse-seringues
Une unité de l’hôpital de campagne de la Sécurité Civile de 20 lits de médecine générale, avec un bloc opératoire. Accompagnée 42 soignants et logisticiens pour la faire fonctionner.
Arrivée de 15 respirateurs, qui porteront la capacité du territoire à 80 respirateurs pour les services de réanimation.
1 avion militaire avec une capacité de transport de 4 malades, simultanément, est mis en alerte et pourra être projeter sur la base-aérienne 367 à Matoury avec un renfort d’officiers pour les équipes sur place
Atteindre les 1 000 tests/jour
Dotation d’un nouvel appareil d’analyse d’une capacité de 1 200 tests/jour
Un traitement, dont on a parlé au niveau national, permettant de baisser de 30 % la mortalité due à la Covid-19 sera disponible chez nous ». (NDLR – quel est donc ce traitement miracle disponible en France ?)

Reconfinement ?

Rappelons que le 21 juin dernier, un communiqué du gouvernement sur la situation en Guyane avait déjà annoncé plusieurs mesures confirmées par Annick Girardin aux Guyanais, tout en précisant ceci : « Si le taux de reproduction demeure dans les jours à venir à un niveau élevé et que les signes d’une accélération de la circulation du virus se maintiennent, l’hypothèse d’un reconfinement de la Guyane devra être réexaminée. »
D’ores et déjà, le second tour des municipales qui devait avoir lieu dimanche est reporté. Cela ouvre la voie à une annulation des élections municipales en Guyane avec le retour des électeurs aux urnes pour les 2 tours à une date qui restera à préciser.

M.M.