Santé

Coronavirus en Thaïlande : la solidarité a fait reculer la pandémie

Aucun cas autochtone depuis deux mois dans ce pays d’Asie

Témoignages.re / 5 août 2020

En janvier, la Thaïlande est devenue le deuxième pays à confirmer un cas de COVID-19 mais, depuis lors, le pays a fait preuve d’une résilience remarquable et, à la fin du mois de juillet, aucun cas de transmission autochtone n’avait été enregistré depuis près de deux mois. Gita Sabharwal, la coordonnatrice résidente des Nations Unies en Thaïlande, explique que ce succès est dû à une combinaison d’action gouvernementale, de responsabilité sociale et de solidarité communautaire.

JPEG - 73.7 ko

La réponse globale de la Thaïlande et sa capacité à lutter contre les infections ont conduit l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à identifier la Thaïlande, aux côtés de la Nouvelle-Zélande, comme un exemple de réussite dans la lutte contre la pandémie. Bien entendu, ce succès dépend entièrement d’une vigilance continue, d’une approche de l’ensemble de la société et de tests intensifiés pour éviter une deuxième vague alors que les frontières s’ouvrent et que les activités économiques reprennent pleinement.
L’impact économique de la pandémie a été grave, avec des prévisions d’une contraction de 8,1% de l’économie en 2020. Selon une enquête récente, 65% des Thaïlandais déclarent que leurs revenus sont totalement ou très insuffisants dans des conditions de pandémie, avec presque le même pourcentage disant que leurs finances avaient été négativement affectées

Aides financières et prêts

La contribution du gouvernement royal thaïlandais au Fonds COVID-19 des Nations Unies témoigne de cette responsabilité partagée. De même, le rôle joué par le million de bénévoles de la santé, dont les deux tiers sont des femmes, dans la recherche des contacts à travers le pays témoigne de l’approche globale de la société.
Les plans de relance du gouvernement ont été complets, rapides et bien organisés, représentant 15% du PIB. Près de la moitié des répondants à une enquête récente ont déclaré avoir reçu une aide gouvernementale. Les estimations de modélisation suggèrent que si les dépenses publiques sont en train de devenir le moyen le plus efficace de soutenir la croissance et l’emploi, les remises en espèces suivies de prêts à des conditions favorables sont les meilleures mesures suivantes. En partenariat avec le Conseil national de développement économique et social, l’agence nationale de planification économique de Thaïlande, l’ONU Thaïlande surveillera l’impact de ces plans de relance budgétaire ciblés sur les économies locales afin d’éclairer les programmes gouvernementaux.

Ressortir le meilleur des gens

Les sondages suggèrent que plus d’un tiers des personnes en Thaïlande ont donné de l’argent, de la nourriture ou des fournitures pendant la pandémie, la plupart des dons inférieurs à 5 000 bahts (environ 160 dollars américains). Pour moi, cela parle du capital social du pays et, à bien des égards, du ciment qui unit la société. Il existe également des preuves anecdotiques que dans les régions plus marginalisées, comme le nord-est et le sud profond, l’ampleur des dons a été plus élevée.
Nous avons vu en Thaïlande et dans le monde que les temps de crise font ressortir le meilleur des gens. COVID-19 présente des défis sans précédent, mais aussi des opportunités pour mieux reconstruire. L’ONU Thaïlande reste déterminée à travailler en collaboration pour se remettre de la pandémie et reconstruire une société plus équitable, juste et résiliente.