Santé

Coronavirus et confinement à La Réunion : quel contrôle sanitaire avant d’entrer dans l’aéroport ?

La traditionnelle limitation d’accès à l’aérogare aux seuls passagers pendant le rush des vacances ne s’accompagne pas de mesures plus drastiques liées à la crise sanitaire

Manuel Marchal / 31 juillet 2021

L’annonce de nouvelles modalités d’accès à l’aéroport de La Réunion est une mesure prise déjà à maintes reprises en raison d’une aérogare trop petite pour faire face au rush de milliers de passagers et de leurs accompagnants durant les pics de fréquentation pendant les périodes de départ en vacances. Rien qu’avec les passagers, la densité sera forte dans le hall de départ, ce qui en fait un lieu à risque dans le contexte sanitaire actuel. La limitation de l’accès ne pourra être efficace sans prise de température et contrôle des symptômes évocateurs du coronavirus chez les passagers qui souhaitent embarquer pour un vol pour la France ou Mayotte. Car une fois dans l’avion, les passagers sont enfermés pendant plus de 10 heures dans un lieu où le port du masque en continu n’est pas possible. Le risque est qu’un passager infecté puisse en contaminer d’autres et soit à l’origine d’un nouveau « cluster ».

JPEG - 81.1 ko

Depuis ce matin, les Réunionnais sont confinés, ils ne peuvent plus se déplacer que dans un rayon de 5 kilomètres le week-end, et 10 kilomètres les autres jours de la semaine. A la veille de l’application du confinement, la direction de l’aéroport de La Réunion resté ouvert depuis le début de la pandémie a annoncé un changement des règles d’accès à l’aérogare :

« L’Aéroport de la Réunion Roland Garros informe les passagers, accompagnants et clients des compagnies aériennes qu’à compter du lundi 2 août jusqu’au dimanche 15 août inclus, l’accès à l’aérogare passagers sera exclusivement réservée aux voyageurs munis de leur titre de transport et aux clients des compagnies aériennes présentes dans l’enceinte de l’aérogare. Pour les enfants mineurs non accompagnés et toutes personnes nécessitant une assistance, un accompagnant par voyageur est autorisé. »

Une mesure habituelle

Ce n’est pas la première fois que l’Aéroport de La Réunion décide de limiter l’affluence dans son aérogare. Lors des périodes de pointe de trafic, la règle de ne laisser y entrer que les passagers vise à éviter une trop forte densité dans le hall de départ compte tenu du fait que plusieurs milliers de passagers se présentent aux comptoirs d’enregistrement pour embarquer dans les vols de nuit qui desservent les aéroports parisiens. Des travaux d’extension de l’aérogare sont d’ailleurs en cours pour adapter la capacité d’accueil aux rushs des vacances.
Cette règle de ne laisser entrer que les passagers dans l’aérogare s’applique en permanence à l’aéroport d’Ivato notamment, elle n’a donc rien d’extraordinaire.

Le communiqué de l’aéroport ne dit rien d’autre sur les conditions d’accès à l’aérogare. Pendant cette période de forte affluence et dans un contexte d’épidémie du variant delta plus contagieux que la souche originelle de la COVID-19, il est indéniable que le hall de départ de l’aéroport est un important lieu de forte affluence. Manifestement, aucune mesure visant à contrôler l’état sanitaire des personnes entrant dans ce lieu n’est prévue. Ceci est étonnant car le respect des distances de sécurité dans un espace encombré de passagers et de bagages semble plus difficile que dans une bibliothèque par exemple.

Éviter la formation de « clusters » dans les avions

Une fois dans l’avion, les passagers sont enfermés pendant plus de 10 heures dans un lieu où le port du masque en continu n’est pas possible. Le risque est qu’un passager infecté puisse en contaminer d’autres et soit à l’origine d’un nouveau « cluster ». Ce risque pourrait être évité par une prise de température à l’entrée de l’aérogare, et par le repérage des personnes ayant des symptômes évocateurs de la maladie. L’aéroport dispose de 2 caméras thermiques détectant les passagers ayant une température corporelle supérieure à 38 degrés, mais elles sont placées dans la zone de livraison des bagages en secteur arrivée, et pas à l’entrée de l’aérogare.
Avec ce contrôle sanitaire à l’entrée, les passagers repérés pourraient être tout de suite isolés. Ils bénéficieraient d’une prise en charge adaptée immédiate. Le retour des passagers domiciliés en France présentant des risques de contagion pourrait être alors organisé selon une procédure permettant de les isoler du départ de La Réunion à leur arrivée dans leur lieu de quarantaine en France.

M.M.