Santé

Coronavirus et Nouvelle-Calédonie : 21 jours de quarantaine dont 14 sous surveillance dans un centre dédié pour tout entrant

Le gouvernement du pays maintient la fermeture de l’aéroport aux vols commerciaux jusqu’au 31 juillet

Témoignages.re / 28 mai 2020

La Nouvelle-Calédonie dispose de plus larges compétences que La Réunion. Cela permet notamment au gouvernement de ce pays de décider du maintien de la fermeture de l’aéroport jusqu’au 31 juillet. En attendant, des vols de rapatriement permettent à des résidents de revenir, mais ils doivent subir une quarantaine stricte de deux semaines dans un hôtel avec interdiction de sortir. Si le test COVID-19 est négatif au terme de cette période, une nouvelle quarantaine d’une semaine est imposée au voyageur avec des contrôles de la présence physique à domicile par la police. Autant de précautions qui permettent à la Nouvelle-Calédonie de ne compter aucun nouveau cas depuis le 3 avril, pour un total de 18 cas confirmés de COVID-19 depuis le début de l’épidémie. Voici les mesures décidées par le gouvernement de ce pays :

JPEG - 67.1 ko

« Les vols internationaux à destination de la Nouvelle-Calédonie sont suspendus depuis le 20 mars et ce jusqu’au 31 juillet. Un plan de rapatriement des résidents bloqués à l’extérieur a débuté le 3 avril en étroite collaboration avec Aircalin.
La Nouvelle-Calédonie n’est pas seule décisionnaire concernant l’affrètement des vols internationaux. Certains pays ont des règles de rapatriement très strictes.
Le rythme des vols dépend également des capacités d’accueil hospitalières et des capacités d’accueil en quatorzaine (600 personnes max.) dans les hôtels réquisitionnés par le gouvernement. 
Le plan de rapatriement fait l’objet de mesures sanitaires renforcées. Sur la base des recommandations de la DASS, les personnes rapatriées sont soumises à des mesures de contrôle à toutes les étapes de leur trajet :
Les personnes inscrites sur les listes des passagers qui souhaitent être rapatriées en Nouvelle-Calédonie sont soumises à un questionnaire médical et doivent, deux fois par jour, transmettre à la DASS des informations sur leur état de santé (température, symptômes grippaux).
 
Avant d’embarquer : les informations sanitaires communiquées par les passagers sont contrôlées par un médecin. Chaque passager reçoit un kit avec des masques et du gel hydroalcoolique en quantité suffisante en fonction de la durée du vol.
 
Pendant le vol : les avions sont remplis à la moitié de leur capacité pour que les passagers puissent être suffisamment espacés.
 
À l’arrivée à La Tontouta : les passagers sont examinés par un médecin. En fonction des résultats, ils sont dirigés soit vers le Médipôle pour ceux qui auraient développés des symptômes, soit vers un hôtel pour y observer une quatorzaine. Il est demandé aux familles et aux proches de ne pas se déplacer à l’aéroport international de La Tontouta pour y accueillir les passagers, les contacts ne sont pas autorisés. Des navettes sont affrétées pour véhiculer ces personnes vers les hôtels afin qu’elles puissent y effectuer leur quatorzaine. Les personnes en quatorzaine sont rigoureusement contrôlées deux fois par jour. Les chambres d’hôtels dédiées à la quatorzaine sont régulièrement désinfectées, de même que l’aérogare de La Tontouta et les avions.
 
À l’issue de leur quatorzaine dans les hôtels, toutes les personnes sont soumises à un test de dépistage du Covid-19. S’il s’avère négatif, les personnes sont autorisées à regagner leur domicile.
 
Elles sont alors soumises à une semaine de confinement strict à domicile, soit un confinement renforcé d’une durée totale de 21 jours au cours desquels tout déplacement - hors de l’hôtel, puis hors du lieu de résidence - est interdit.
 
La semaine de confinement strict à domicile fait l’objet de contrôles réguliers de la part des autorités sanitaires (appels téléphoniques quotidiens) et des forces de l’ordre (contrôle de la présence des personnes à leur domicile). Des règles essentielles doivent être observées pendant cette période de 21 jours. »