Santé

Coronavirus : exception réunionnaise

Les autorités françaises n’imposent pas les contrôles drastiques appliqués chez nos voisins

Manuel Marchal / 27 février 2020

Alors que l’épidémie de Coronavirus continue de s’étendre en Europe avec le premier mort en France, les autorités françaises ont décidé de ne pas appliquer un contrôle systématique des passagers en provenance des pays infectés par le virus. C’est ce que souligne la polémique autour de l’arrivée d’un paquebot d’une compagnie italienne en escale aujourd’hui au Port, et du séjour prévu d’un autre bateau de croisière refoulé de Madagascar. La Réunion constitue une exception parmi tous les pays de notre région qui prennent des mesures beaucoup plus drastiques. Par exemple, « la suspension du vol reliant la France à la Madagascar dépendra de l’évolution des chiffres envoyés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) », écrit notre confrère de l’Express de Madagascar.

JPEG - 95.3 ko
Tous les jours, des milliers de personnes arrivent à La Réunion en provenance de la France, pays où un premier décès causé par le coronavirus a été annoncé.

L’épidémie de coronavirus suscite une inquiétude croissante avec les contaminations en Europe. Dans notre région, ce week-end avait été marqué par le refoulement de 40 passagers italiens d’un vol Alitalia, et la mise en quarantaine d’autres occupants à leur arrivée à Maurice. Cette mesure était liée à l’extension de l’épidémie dans le Nord de l’Italie à l’origine de plusieurs décès.
Hier, c’est la France qui a déploré le premier décès d’un patient atteint de cette maladie sur son territoire. L’évolution de l’épidémie de cause pas de mesures particulières à La Réunion, où les autorités françaises s’alignent sur les mesures prises en France.

Dockers inquiets

Actuellement à La Réunion, tous les voyageurs en provenance d’Europe peuvent venir dans notre île sans précaution particulière. Cela constitue une exception dans notre région, car nos voisins ont adopté une ligne de conduite plus stricte en termes de principe de précaution.
En conséquence, le Costa Mediterranea, un paquebot d’une compagnie italienne en croisière dans notre région, a accosté ce matin à La Réunion, tous les passagers voulant débarquer ayant la possibilité de le faire sans contrôle particulier. L’ARS proposait seulement des masques respiratoires. La température des débarqués n’était pas contrôlée, ce qui constitue une exception car lors des escales précédentes, ce contrôle était obligatoire.
Hier, la CGTR Ports et Docks a fait part de son inquiétude sur l’absence de contrôle sanitaire des bateaux avant leur arrivée au port. Danio Ricquebourg, secrétaire général de la CGTR Port et Docks, indique que : « les navires arrivent, aussi bien de commerce que de croisière, avec des gens qui pourraient avoir été en contact avec des gens contaminés, qui arrivent dans l’océan indien. Et ici, on ne fait pas de tests préliminaires, même pas de prise de température. Et après, les dockers montent à bord. Qui va être contaminé en premier ? ».
Cette question va se reposer encore plus dimanche avec l’arrivée prévue du Sun Princess. Ce bateau a été refoulé par les autorités malgaches la semaine dernière, car cela faisait moins de 14 jours qu’il avait quitté l’Asie. Il doit arriver dans notre île après une escale à Durban en Afrique du Sud.

Plus de vols entre la France et Madagascar ?

L’Express de ce jour montre que l’attitude des autorités malgaches diffère sensiblement de leurs homologues françaises :
« Des responsables du ministère de la Santé publique ne cachent pas leur appréhension face à l’expansion du coronavirus à travers le monde. « La situation commence à se compliquer, car la maladie se propage dans plusieurs pays », informe une source auprès de ce ministère, hier. Le coronavirus touche déjà une trentaine de pays. Parmi eux, la France, où cinq cas sont confirmés depuis le 25 février. L’un, un sexagénaire, a succombé dans la nuit du mardi au mercredi. L’Italie, avec plus de trois cent soixante-dix cas confirmés et une dizaine de décès, est considérée comme le foyer principal de la maladie en Europe.
Malgré cette rapide progression de la maladie, le Gouvernement n’a donné aucune instruction sur la suspension des vols reliant Madagascar à l’Italie, ainsi que Madagascar à la France, jusqu’à hier. « Comme c’est la basse saison, le vol reliant Milan à Nosy Be est suspendu », s’en est tenue à dire une source. Une autre source auprès du ministère des Transports, du tourisme et de la météorologie, a indiqué que « des propositions ont été envoyées au niveau du Gouvernement, sur cette suspension de vol entre Milan et Nosy Be ». « La suspension du vol reliant la France à la Madagascar dépendra de l’évolution des chiffres envoyés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) » ».
Il est à noter que Madagascar justifie les mesures jusqu’alors appliquées par l’état de son système de santé. Les autorités de ce pays considèrent qu’elles n’ont pas les moyens de faire face à une épidémie de Coronavirus à Madagascar, et ont donc décidé de sévèrement contrôler les passagers.
Des précautions analogues s’appliquent à Maurice comme indiqué plus haut, en direction des personnes en provenance d’Asie et d’Europe. L’attitude des autorités françaises à La Réunion indiquerait-elle qu’elles estiment que La Réunion peut faire face à une épidémie de Coronavirus ?

Pas de contrôle à La Réunion pour les passagers venant d’Europe

Pour sa part, dans une conférence de presse tenue hier, l’Agence régionale de Santé a indiqué qu’à la date d’hier, aucun cas de personne atteinte par le coronavirus n’a été répertorié dans notre île. L’ARS insiste beaucoup sur la conscience de chacun. Les personnes ayant séjourné dans un pays touché par l’épidémie sont invités en substance à surveiller leur température pendant 14 jours, durée d’incubation du virus. Sur la base des informations rendues publiques, cette mesure de précaution doit donc s’étendre à tous les passagers en provenance de la France, soit plusieurs vols quotidiens de Boeing 777 ou d’Airbus A330 ou A350. Il est difficile d’imaginer que ces milliers de passagers quotidiens appliquent tous ce protocole, ce qui ouvre donc une brèche dans la prévention puisque la France est un pays contaminé par le Coronavirus.
Manifestement, les décisions des autorités françaises dans notre île font de La Réunion une exception dans notre région. Difficile alors dans ces conditions d’affirmer que le principe de précaution s’applique aussi bien dans notre île que chez nos voisins. Combien de temps durera cette exception réunionnaise voulue par la France ?

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • L’inquiétude des dockers du PORT me frappe de stupéfaction. Le PORT est une passoire .Je ne vais pas m’étendre sur les trafics en tout genre générés par une telle situation .Je ne peux accepter ce laxisme sanitaire ,alors que la REUNION a déjà payé un lourd tribu avec la grippe espagnole en 1919(entre 7000 et 20000 morts en 3 mois), avec le chikungunya (312000 Réunionnais infectés en 2005 et 2006. Pour que les Réunionnais soient au courant , je vais vous résumer le récit historique d’Eugene ROUSSE sur la grippe espagnole en 1919.A cette date un paquebot français ramène des milliers de soldats Sénégalais dans leur pays après la guerre. Après le débarquement, le bateau était trop léger pour reprendre la mer en direction deMARSEILLE , il est lesté avec de la terre provennant d’un cimetière où avaient été enterrés des Sénégalais victimes de la grippe espagnole. A MARSEILLE le bateau récupère 1400 soldats qui rentrent chez eux après la guerre(1300 Réunionnais ont été tués pendant ce conflit). Le bateau arrive au PORT DE LA REUNION LE 30 MARS 1919.les dockers du PORT commencent à enlever le lest constitué de terre infectée par la grippe espagnole , ils ont tous des nausées ,de la toux ,crachent du sang , de la diarrhée ,des maux de tête , de la fièvre. Il n’y a plus de dockers qui sont remplacés par des détenus de la prison qui à leur tour ont les mêmes symptômes. Les premiers décès surviennent au mois d’avril.La liste des morts s’allonge au PORT et à SAINT DENIS .Nous sommes devant une épidémie de grippe espagnole . Au PORT on compte plusieurs dizaines de morts par jour, à SAINT DENIS plus de cent par jour .Des cadavres sont abandonnés aux portes des cimetière , il n’y a plus assez de main d’œuvre pour les jeter dans les fosses communes. L’épidémie touche toute la REUNION .Au PORT tous les commerces, les pharmacies ,le marché sont fermés. Les portois vivent calfeutrés dans leurs maison(généralement des taudis). Les victimes sont enterrés dans un cimetière spécialement créer pour eux . il est connu des portois sous le nom de cimetière de la peste , situé à la bute citronelle.Une charrette tirée par des détenus est affectée au transport des cadavres . Les morts sont enveloppés dans des sacs de vacoa et entassés dans la charrette puis , amenés au cimetière de la peste . Le courageux médecin CHARLES RENAUDIERE DE VAUX qui occupe aussi la fonction de maire du PORT se rend tous les jours auprès des malades, il est à son tour infecté et meurt en 1921 à 47 ans .Le PORT perdait un grand serviteur , il a une place qui porte prés de la mairie du PORT , au- dessous de son buste on peut lire sur sa plaque commémorative « CHARLES RENAUDIERE DE VAUX 1874-1921- La population du PORT reconnaissante ». Le 10 mai 1919 , un cyclone s’abat sur LA REUNION à une date inhabituelle, avec énormément de pluie et des vents violents .Les REUNIONNAIS qui sont très croyants demandaient à dieu « seigneur pouque nous les maudits »Après le cyclone un miracle se produit , en quelques jours l’épidémie régresse , les portes des maisons s’ouvrent, les rues s’animent .Fin mai la vie reprend son cours normal à la REUNION. L’épidémie est terminée. En trois mois la grippe espagnole a fait en estimation 7000 a 20000 morts à LA REUNION sur 175000 habitants soit 11% de la population .Le chikungunya a infecté 312000 personnes soit 40% de la population. Ceci pour montrer la rapidité de la propagation d’une épidémie à LA REUNION .Avec les bateaux qui amènent au PORT des marins du monde entier .Nous ne pouvons les laisser circuler dans la ville sans contrôle sanitaire.
    En ce qui concerne le peuple réunionnais, à chaque fois suite à ses catastrophes sanitaires ,il a payé un lourd tribu ,il s’est remis debout courageusement debout sans jamais se plaindre. Il mérite le respect de la part des autorités. Ce peuple a toute mon admiration.
    NB : Les scientifiques de REUNION devraient se pencher sur les raisons de la fin de nos deux plus grande épidémie pour apporter notre contribution à la lutte contre cette pandémie qui nous guette.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Bonjour
    On parle de la Réunion exception ok mais pour combien de temps ?

    si on ne fait rien quand au débarquement avions et bateaux

    On laisse la porte grande ouverte à la circulation du virus est il normal ?

    QU’EST CE QU’ ON ATTEND ???

    Article
    Un message, un commentaire ?