Santé

Coronavirus : le PCR propose « un Fonds d’urgence pour acheter des tests de dépistage pour tous »

Pour la création d’un fonds de solidarité public-privé de 50 millions d’euros, équivalent à 1 % du budget des collectivités de La Réunion

Parti Communiste Réunionnais / 13 avril 2020

Contre le coronavirus, la stratégie de dépistage systématique a donné de bons résultats partout où elle a été pratiquée. Le PCR demande que toute la population soit dépistée et propose la création d’un Fonds d’urgence pour financer cette opération. Le PCR rappelle qu’un fonds de solidarité public-privé équivalent à 1 % du budget des collectivités de La Réunion permettrait de dégager un budget de 50 millions d’euros pour financer les tests de dépistage du coronavirus de toute la population, « les dépenses prévues et non prioritaires » pourraient y être affectées.

JPEG - 83.8 ko

La Réunion compte officiellement 382 cas de personnes infectées à la date du 10 avril. Elles sont 270 à avoir contracté le virus à l’extérieur qui, à leur tour, ont contaminé directement 64 autres. Cet ensemble représente 88 % du total. Le plus inquiétant, ce sont les cas qualifiés « d’autochtones ». Cette situation résulte d’un mauvais contrôle à l’arrivée et d’une absence de suivi des entrants. Le virus est désormais en circulation dans le pays.

Ce moment était très redouté.

On ressent l’inquiétude à travers un communiqué de l’ARS paru vendredi qui lance un appel aux « Professionnels de santé, actifs ou retraités, mobilisez vos compétences pour venir en renfort du système de santé. Vous pouvez vous porter volontaires pour apporter votre aide face à l’épidémie de Civid-19 ». C’est la panique alors que nous n’avons que 382 cas.

Cet appel arrive au moment où la crédibilité de l’ARS est au plus bas. On dénombre 44 soignants contaminés, soit près de 12 % du total. Les autorités gagneraient à expliquer ces cas très particuliers. Les professionnels en première ligne sont très mal équipés, notamment le personnel des hôpitaux.

Il faut arrêter le bricolage.

Lançons une opération d’envergure de dépistage de masse qui permettra de traquer les porteurs sains. Ce maillon est essentiel. Après dépistage, le porteur de virus sera isolé et son entourage sera mis à l’abri. Les tests de dépistage massif ont été très positifs partout où ils ont été décidés, notamment en Allemagne.

L’Etat a déjà fait 4 erreurs, ça suffit. La décision d’entrebâiller l’aéroport a été prise trop tard. Il n’y avait aucun dépistage des arrivants. Les porteurs du virus sont rentrés chez eux et ont eu le temps de contaminer leurs proches et les personnes rencontrées sur leur parcours. Enfin, le nombre de places en hospitalier était seulement d’une cinquantaine. En bricolant, on en compte environs 150 et à peine une dizaine de respirateurs. Et on amuse la population avec des histoires de masques. C’est tragique.

Le constat alarmant exige de perfectionner le dispositif existant en agissant en amont. L’argent ne manque pas à La Reunion. On peut créer un fonds de solidarité public-privé représentant l’équivalent de 1 % du budget des Collectivités, soient 50 millions. On peut y transférer les dépenses prévues et non prioritaires.

Bureau de presse du PCR



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • C’est évident que le dépistage généralisé de la population et le port obligatoire du masque pour les déplacements sur les lieux publics et sur les lieux de travail pourraient protéger efficacement la population réunionnaise mais comme ces deux mesures ont un coût financier ce serait une bonne chose qu’il soit supporté par la collectivité .que ce soit par .l’institution d’un fonds d’urgence ou par un autre moyen mais encore faut il que les tests et les masques soient disponibles ; ce qui n’est pas forcément le cas actuellement .

    Pour avancer efficacement sur ce plan on pourrait faire ce que font les russes , c’est à dire permettre aux gens d’aller se faire dépister et d’acheter des masques librement en les payant sur leurs propres deniers et ceux qui bénéficient de la sécurité sociale et d’une mutuelle ou de l’aide médicale gratuite pourront se faire rembourser dans la limites d’une certaine somme par test et par masque . D’après le reportage qui a été diffusé à la télévision , en Russie le dépistage coûte 20 euros et peut être effectué à domicile , et à mon avis le coût d’un paquet d’une vingtaine de masques ne devrai pas dépasser une dizaine d’euros (l’équivalent du coût d’un paquet de cigarette ). Ce n’est pas excessivement cher et cela devrait pouvoir être pris en charge par la sécurité sociale ou sur les budget des bureaux d’aide sociales en attendant la création du fonds d’urgence que vous proposez qui doit quand même obéir à certaines règles administratives et ne peut pas être mis en place par génération spontanée .

    A mon avis il est urgent de décider que les tests et les masques soient pris en charge sur les budget de la sécurité sociale ou des comité d’action sociales municipaux et payés à l’aide de la carte verte ou sur présentation d’une facture Cette décision relève à mon avis du gouvernement . Mais rien ne devrait empêcher ceux qui veulent prendre en charge cette dépense de payer eux mêmes sur leurs budget personnel sans demander le remboursement . Ce qui n’est pas autorisé actuellement .

    Pour ce qui me concerne ,si on me dit qu’un laboratoire peut me faire un test si je paie , j’irai le faire tout de suite et je paierai de ma poche si cela ne coûte pas plus d’une vingtaine d’euros et il y a certainement beaucoup de monde qui feront comme moi . Même chose pour les masques s’ils nous sont imposés c’est à la collectivité de payer mais mais pour me protéger si je ne suis pas malade, je serai d’accord pour les payer moi même ; que je puisse bénéficier d’une aide ou pas . Mais je suis passé récemment dans une pharmacie pour acheter des médicaments et j’ai demandé de me vendre des masques , on m’a répondu qu’il n’y en avait pas .

    On a laissé entrer sur notre territoire relativement facile à protéger des gens qui étaient porteurs du virus et qui ont contaminé les autres et maintenant la maladie se répand dans la population . On peut comprendre les hésitations sur la fermeture totale des frontières en raison des conséquences de la rupture de la continuité territoriale qui en serait résultée ; mais si on ne peut pas se tester ni acheter des masques sous prétexte qu’il n’y a pas de budget pour cela , qui seront les responsables de l’expansion de l’épidémie ????

    Article
    Un message, un commentaire ?