Santé

Coronavirus : premier cas de transmission autochtone à La Réunion, 224 cas au total 

17 nouveaux cas de COVID-19 le 30 mars

Témoignages.re / 31 mars 2020

La préfecture et l’Agence Régionale de Santé confirment 17 nouveaux cas de coronavirus COVID-19 à La Réunion, ce lundi 30 mars à 15h00, soit au total 224 cas depuis l’apparition du premier cas le 11 mars 2020. Les autorités sanitaires confirment également le premier cas de transmission autochtone à La Réunion.

JPEG - 95.2 ko

190 cas ont été investigués à cette heure par l’ARS et Santé publique France.

Bilan des cas investigués :

Cas importés 153
Cas de transmission locale en lien avec des cas importés diagnostiqués 9
Cas de transmission locale en lien avec des voyageurs non diagnostiqués ou avec des personnes ayant été en contact avec des cas confirmés 27
Cas autochtone (sans lien direct ou indirect avec des cas importés) 1
Nombre total de cas investigués 190

Les cas importés (personnes qui ont contracté la maladie en dehors du territoire) représentent 68% des cas.

• Situation sanitaire :
Cas hospitalisés en service de réanimation 4

• Tranches d’âge des cas investigués :
Mineurs 6
Majeurs 184
18 à 50 ans 52%
51 à 65 ans 30%
plus de 65 ans 13%

Un premier cas autochtone investigué

Un premier cas autochtone, sans lien à priori direct ou indirect avec des voyageurs ou d’autres cas déjà connus, a été identifié dans un centre d’hébergement et de réinsertion sociale. Il s’agit d’un homme de 47 ans qui est actuellement hospitalisé au CHU Nord.
Une enquête a été rapidement menée pour identifier toutes les personnes ayant été en contact proche avec cette personne pendant sa période de contagiosité.
L’ensemble de ces personnes dites « contacts » ont été recontactées pour vérification de leur état de santé et mise à l’isolement strict.
Une équipe mobile du CHU est intervenue sur place pour procéder à des tests de dépistage.

Localisation des cas

Encore à ce jour, la très grande majorité des cas identifiés sont des cas importés (essentiellement de métropole) ou des cas de contamination directe par des cas importés, des voyageurs ou des contacts de cas importés.
Aucune chaine de transmission autochtone n’est identifiée à ce jour, c’est-à-dire aucun regroupement de cas qui se seraient contaminés dans une commune ou un quartier de la Réunion.
Il n’y a donc pas à ce jour de zones de l’île plus à risque que d’autres et les mesures barrières et de confinement s’appliquent donc à titre préventif partout et de la même façon.
Dans ce contexte, il n’y a pas lieu de communiquer sur la localisation des cas, ces informations n’auront de sens qu’en cas d’identification de zones de transmissions autochtones sur le territoire.

34 cas sont toujours en cours d’investigation

Tous les cas confirmés font l’objet de l’identification de toutes les personnes ayant été en contact avec ces malades (entourage familial, professionnel, passagers proches dans les avions…).

Toutes ces personnes « contact » sont appelées individuellement par la cellule de suivi de l’ARS en collaboration avec Santé publique France. Leur état de santé est évalué à cette occasion. Il leur est reprécisé au cours de l’entretien l’importance du respect d’un isolement strict, de la surveillance quotidienne de leur état de santé (avec prise de température) et d’appeler immédiatement le 15 en cas d’apparition de symptômes.

A ce jour, environ 1 400 personnes ont été identifiées comme sujet contact et font donc l’objet d’une mesure de quatorzaine et d’auto-surveillance.
Lorsque la cellule de suivi détecte un mauvais respect des obligations de quatorzaine, elle en informe la préfecture afin qu’un arrêté soit pris à l’encontre de la personne. L’arrêté est notifié par les forces de l’ordre. A ce jour 5 personnes ont fait l’objet d’une telle mesure.

Recommandations à suivre

• Respecter les consignes de confinement
• Limiter au maximum ses déplacements qui sont nécessaires (trajet domicile-travail quand le télétravail n’est pas possible, se rendre chez un professionnel de santé, faire des achats de premières nécessité)
• Se protéger avec les gestes barrières

Il convient de rappeler ces gestes barrières qui constituent à ce jour le meilleur moyen de limiter la propagation du virus :

• Se laver les mains régulièrement
• Tousser ou éternuer dans son coude
• Utiliser des mouchoirs à usage unique
• Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
• Porter un masque quand on est malade (sur prescription médicale)

En cas de signes d’infection respiratoire (fièvre ou sensation de fièvre, toux, difficultés respiratoires) dans les 14 jours suivant le retour d’une zone où circule le virus :

• Contactez le Samu Centre 15 en faisant état de vos symptômes et de votre séjour récent ;
• Evitez tout contact avec votre entourage
• Toussez ou éternuez dans votre coude
• Utilisez des mouchoirs à usage unique
• Saluez sans vous serrer la main, évitez les embrassades

Ne vous rendez pas chez votre médecin traitant ou aux urgences, pour éviter toute potentielle contamination.