Santé

Coronavirus : solidarité renforcée pour protéger la population de Sainte-Suzanne

Protéger les plus démunis grâce à l’aide alimentaire livrée à domicile

Manuel Marchal / 2 avril 2020

Ce mardi, le CCAS de Sainte-Suzanne avait distribué 684 colis. Cette aide donne à chaque famille concernée des provisions de nourriture pour un mois. Ce sont donc 684 familles qui ne sont plus obligées de courir le risque de contracter le coronavirus en sortant du confinement pour se ravitailler. Dans la bataille contre le coronavirus, c’est l’action sociale qui est aussi en première ligne.

JPEG - 60.2 ko

Un des motifs pour déroger au confinement imposé à cause de l’épidémie de coronavirus est l’achat de produits de première nécessité, notamment la nourriture. Depuis le début du confinement, des mesures sont prises dans les commerces restés ouverts pour limiter la propagation du coronavirus. Néanmoins, les mesures prises par l’État n’ont pas permis d’empêcher l’entrée de personnes contaminées par le COVID-19 en France. Par conséquent, sortir présente donc toujours un risque, car les personnes atteintes par le coronavirus peuvent transmettre la maladie sans en avoir les symptômes.

Depuis le début de la crise sanitaire, la priorité de la commune de Sainte-Suzanne est venir en aide aux plus démunis. La demande explose, avec 170 appels quotidiens pour le CCAS. En partenariat avec la Banque alimentaire des Mascareignes, le CCAS de Sainte-Suzanne organise donc depuis maintenant plus de deux semaines la distribution de colis alimentaires. Tout d’abord, il a fallu mettre les bouchées double pour répondre à une demande en forte augmentation. De 20 par semaine, le nombre de colis demandé est passé à 50 par jour. A cela s’ajoute un changement total de fonctionnement. Auparavant, les bénéficiaires des colis alimentaires étaient invités à le retirer au CCAS. Désormais, les colis sont apportés à domicile. Pour aider leurs collègues à relever le défi, du personnel d’autres services communaux s’est porté volontaire.

Au 30 mars, 684 colis avaient été distribués. Chaque colis doit donner une autonomie d’un mois en termes de nourriture. Ce sont donc 684 familles qui savent qu’elles n’auront pas besoin de sortir faire des courses pendant un mois, c’est-à-dire durant une période pendant laquelle le nombre de contaminations au coronavirus continuera d’augmenter jusqu’au pic. Un pic dont il faut souhaiter qu’il arrive le plus vite possible à La Réunion afin de revenir au plus tôt à une situation normale.
Autrement dit, chaque colis livré par le CCAS de Sainte-Suzanne est une mesure de protection d’une famille pendant un mois.

M.M.