Santé

Coronavirus transmis dans l’air : l’OMS reconnaît des preuves préliminaires

Un nouveau risque possible

Témoignages.re / 12 juillet 2020

L’Organisation mondiale de la santé a reconnu qu’il existe de nouvelles preuves que le coronavirus peut être propagé par de minuscules particules en suspension dans l’air. La transmission par voie aérienne ne peut pas être exclue dans des lieux surpeuplés, fermés ou mal ventilés, a déclaré un responsable. Si les preuves sont confirmées, elles pourraient affecter les directives concernant les espaces fermés.

JPEG - 69.6 ko

L’Organisation mondiale de la santé soutient depuis longtemps que le coronavirus se propage principalement par de grosses gouttelettes respiratoires qui, une fois expulsées par des personnes infectées par la toux et les éternuements, tombent rapidement au sol.

Mais dans une lettre ouverte à l’OMS, 239 scientifiques de 32 pays ont décrit les preuves montrant que des particules plus petites peuvent infecter les personnes et demandent à l’agence de réviser ses recommandations.

Si la transmission par voie aérienne est un facteur important de la pandémie, en particulier dans les espaces surpeuplés avec une mauvaise ventilation, les conséquences pour le confinement seront importantes. Les masques peuvent être nécessaires à l’intérieur, même dans des environnements socialement éloignés. Les agents de santé peuvent avoir besoin de masques N95 qui filtrent même les plus petites gouttelettes respiratoires lorsqu’ils soignent des patients atteints de coronavirus.

Un signataire de ce document, le professeur Benjamin Cowling de l’Université de Hong Kong - a déclaré à la BBC que cette découverte avait « d’importantes implications ».

« Dans les établissements de santé, si la transmission par aérosol présente un risque, nous comprenons alors que les travailleurs de la santé devraient vraiment porter le meilleur équipement préventif possible… et en fait, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que l’une des raisons pour lesquelles ils ne voulaient pas parler de la transmission du Covid-19 par aérosol est qu’il n’y a pas un nombre suffisant de ce type de masques spécialisés dans de nombreuses régions du monde », a-t-il déclaré.
Et dans la communauté, si nous pensons que la transmission par aérosol est un risque particulier, alors nous devons réfléchir à la manière d’empêcher les super-épidémies, les épidémies plus importantes et celles qui se produisent dans des environnements fermés mal ventilés, avec une foule et un contact étroit prolongé ».
Les responsables de l’OMS ont averti que les preuves sont préliminaires et nécessitent une évaluation plus approfondie.

Benedetta Allegranzi, responsable technique de l’OMS pour la prévention et le contrôle des infections, a déclaré que l’on ne peut exclure l’émergence de preuves de la transmission aérienne du coronavirus dans « les environnements surpeuplés, fermés et mal ventilés qui ont été décrits ».