Santé

Coronavirus : UFC-Que choisir et CCLV Réunion pour le blocage des prix et le rationnement

Deux associations de consommateurs interpellent le préfet, « représentant du gouvernement »

Témoignages.re / 1er avril 2020

Deux associations de consommateurs, UFC-Que choisir et CCLV Réunion, interpellent le préfet au sujet des abus relevés dans les prix à La Réunion à cause de la spéculation en pleine crise de coronavirus. Elles demandent un blocage des prix et plaident pour un rationnement « si l’approvisionnement venait à manquer, afin d’éviter les ruées dans les magasins, privant ceux qui seraient démunis ou affaiblis par la crise, ce qui pourrait ouvrir la voie au marché noir. »

JPEG - 88.6 ko
Photo Toniox

Monsieur le Préfet, vous n’êtes pas sans savoir que la crise liée au COVID19 plonge l’Ile de la Réunion dans de graves difficultés. Nos associations reçoivent de nombreuses sollicitations suite aux augmentations de prix dans l’alimentaire et surtout pour les fruits et légumes, non seulement au niveau de l’importation mais aussi de la revente de la production locale.

Voici un exemple illustrant bien la situation : comment expliquer qu’un kilo d’oignons de production locale arrivant au marché de gros à Saint-Pierre à 2.5 € est revendu le jour même avec un coefficient multiplicateur de 4. En d’autres termes, l’agriculteur a travaillé 3 mois sur sa terre, semé, entretenu, récolté et livré au marché de gros pour 2.5 €/kg et, le ou les revendeurs, gagnent 4 fois plus en quelques heures.
Des abus nous sont également remontés aussi au niveau de l’importation.

En ces circonstances exceptionnelles, qui ne nous réjouissent pas, il nous semble urgent que l’état applique l’article 410-2 du code du commerce pour règlementer, pour la durée du confinement, les prix des produits de première nécessité.
Il ne nous paraît pas non plus exclu que des mesures de rationnement puissent être autorisées sans délai si l’approvisionnement venait à manquer, afin d’éviter les ruées dans les magasins, privant ceux qui seraient démunis ou affaiblis par la crise, ce qui pourrait ouvrir la voie au marché noir.

Nous avons noté le geste louable de la grande distribution qui s’engage (Leclerc, Carrefour, FCD…) à ne pas profiter de la situation en augmentant leurs prix. Nous appellerons les consommateurs à être vigilants afin que ce soit respecté.
Nous souhaiterions que la DDCCRF procède à des contrôles ponctuels le long des diverses chaînes de distribution. Enfin il serait souhaitable qu’une communication commune préfecture et présidence de l’OPMR appellent officiellement les commerçants à la raison et à la solidarité pendant cette période délicate.

UFC Que Choisir Océan Indien
Le Président Jean-Pierre LAJOIE
CLCV RÉUNION
Le Président Philippe COURQUET