Santé

COVID-19 : comprendre l’échec de l’ARS à La Réunion

Coronavirus à La Réunion : 5898 cas dont 677 cas importés et 31 décès depuis le 11 mars

Ary Yée Chong Tchi Kan / 3 novembre 2020

Les médias rapportent en chœur : « Le Préfet de La Réunion appelle à la responsabilité individuelle ». Parallèlement, la Directrice de l’ARS souligne : « Je n’hésiterai pas, sur la base de l’évolution des indicateurs chiffrés, à préconiser et à proposer dès le moment venu à Monsieur le Préfet, le recours à un couvre-feu à large portée comme ultime étape avant l’éventualité d’un reconfinement sur La Réunion, à l’instar de ce qui se pratique dorénavant en métropole ou en Martinique. C’est-à-dire un couvre-feu, qui puisse démarrer dès le début de la soirée chaque jour de la semaine et concerner également tous les week-ends, de nature à limiter le plus possible les interactions sociales mais aussi, et au moins autant, par les regroupements intrafamiliaux. »

JPEG - 79.1 ko

La Directrice rappelle donc dans son communiqué - mal rédigé - que c’est elle qui commande le Préfet et la population. C’est la dame qui ne portait pas de masque à la télé et éternuait dans ses mains, en direct. Nous étions en plein confinement. « Tousser et éternuer dans votre coude », disait la propagande de l’ARS. A cause de ses erreurs, nous compterons bientôt 6000 cas. En 8 mois, la courbe statistique ne s’est jamais inversée. Dans ce contexte, solliciter la sagesse des Réunionnais sonne comme l’aveu d’un échec aux conséquences économiques, sanitaires et sociales incalculables.

En effet, depuis que le Président de la République a lancé la guerre contre un ennemi invisible, la principale tâche était de rompre la chaîne de contamination. Il fallait briser la progression de l’ennemi. Au contraire, Madame la Directrice a offert à l’ennemi un véritable pont aérien pour envahir une population réunionnaise qui était en bonne santé.

Par comparaison, la Nouvelle-Calédonie a choisi de protéger ses habitants. Les liens aériens avec l’extérieur ont été coupés, puis aménagés. Le pays est à présent indemne de virus. Il a compté seulement 23 cas, aucun local et aucun décès. Malgré ce résultat extraordinaire, la décision a été prise de prolonger les restrictions jusqu’au 31 mars 2021 ! Il n’y aura aucun voyage d’agrément en fin de l’année. Une quatorzaine stricte est imposée à tout arrivant, même muni d’un certificat. Le ministre de l’Outre-Mer, Sébastien Lecornu, en a fait l’expérience au lendemain du scrutin sur l’indépendance et il a bien respecté les règles sanitaires en vigueur. La population ne porte pas de masque et continue à vaquer à ses occupations. Bien sûr, l’économie touristique est sinistrée, notamment l’aérien. Une évaluation a été faite et un prêt de 240 millions d’euros a été effectué auprès de l’AFD pour faire face à la globalité de la crise.

Pourquoi n’avons-nous pas ce résultat chez nous ? Ici et là-bas, nous avons une direction des affaires sanitaires et sociales. La différence avec celle de La Réunion : elle ne s’octroie pas le pouvoir de commander.

Ary Yée Chong Tchi Kan