Santé

Covid-Organics : essais cliniques du médicament contre le coronavirus soutenus par l’OMS

Après le succès du remède traditionnel amélioré CVO, un médicament injectable entre en phase de test

Manuel Marchal / 27 mai 2020

Pour la 2e fois en trois semaines, le président de Madagascar était en visite à Toamasina, principale ville touchée par le COVID-19 à Madagascar. Andry Rajoelina a annoncé le lancement des essais cliniques d’un médicament injectable à base d’artemisia, nouvelle forme de traitement dérivée du Covid-Organics. Les essais cliniques se déroulent en partenariat avec l’OMS, comme l’a indiqué la semaine dernière le soutien de l’Organisation mondiale de la santé qui a accepté que ce médicament en test puisse être un des candidats au Solidarity Trial, initiative mondiale pour la découverte d’un vaccin contre le COVID-19.

JPEG - 165.5 ko

Les autorités malgaches ont annoncé hier 44 nouveaux cas de COVID-19, dont près de la moitié ont été identifiés dans la seule ville de Toamasina. Depuis plusieurs semaines, la carte de la propagation du virus dans la Grande île fait apparaître que la ville portuaire est l’épicentre de l’épidémie dans ce pays. Sur un total de 586 cas confirmés depuis les premiers importés de France en mars dernier, 275 sont des habitants de Toamasina. Ces derniers jours ont vu également la découverte de nouveaux cas à Moramanga. Ces deux villes ont comme point commun d’abriter des installations d’Ambatovy, un groupe minier canado-japonais comptant plus de 8000 salariés dont 10 % d’expatriés. La question du respect de la quarantaine demandée par le gouvernement après la découverte de premiers cas de coronavirus chez des travailleurs d’Ambotovy reste posée.

Toamasina épicentre de l’épidémie

A son arrivée hier à la mairie de Toamasina, le président malgache était accompagné de renforts humains et matériels, notamment 29 médecins. Le déploiement de l’armée pour faire respecter les mesures telles que le port obligatoire du masque en dehors du domicile, s’inscrit également dans cette offensive contre le coronavirus à Toamasina. Outre des mesures spécifiques à la région visitée hier, Andry Rajoelina a évoqué les derniers développements des travaux des chercheurs malgaches.
Jusqu’à présent, le traitement privilégié est la tisane Covid-Organics. Ce remède traditionnel amélioré a été diffusé après que les résultats des observations cliniques aient été validés.
Madagascar a également fait don de plusieurs cargaisons de Covid-Organics à une vingtaine de pays africains dont les Comores. La polémique entretenue par le lobby de l’industrie pharmaceutique n’a pas résisté à la réalité des guérisons, amenant l’Organisation mondiale de la santé à revoir sa position.

Soutien de l’OMS

Voici une semaine, Madagascar et l’OMS sont parvenus à un accord. En échange de la signature d’un accord de confidentialité sur la formule du Covid-Organics, l’OMS apportera son soutien aux essais cliniques d’un nouveau médicament dérivé du Covid-Organics : un médicament injectable à base d’artemisia.
Lors de cette visioconférence avec l’OMS, le président malgache avait rappelé que des chercheurs de Madagascar, de l’océan Indien et des États-Unis travaillent sur la mise au point de ce médicament. C’est donc hier qu’Andry Rajoelina a annoncé le lancement officiel de ces tests. « À Madagascar, nous avons le feu vert pour démarrer les essais cliniques. C’est une étape importante. Lorsque nous aurons fini, nous en ferons part au monde entier », déclare-t-il dans les colonnes de « l’Express », « je suis certain que lorsque nous utiliserons cette formule injectable, même les patients qui présentent des formes graves seront complètement rétablis ». Le chef de l’État a fixé à un mois la publication des premiers résultats. Les essais ont débuté à Antananarivo et Toamasina.
A la différence du CVO qui ne peut être bu par une personne placée sous respirateur, le médicament injectable permet à une personne très gravement atteinte d’avoir accès à ce traitement.

M.M.