Santé

Covid-Organics : livraisons à la Tanzanie et au Tchad et vers l’autorisation de l’artemisia au Sénégal

Plusieurs pays font part de leur intérêt envers le remède contre le coronavirus

Manuel Marchal / 11 mai 2020

Pendant que les détracteurs du remède traditionnel amélioré continuent leur offensive contre l’utilisation du Covid-Organics, la diffusion du CVO se poursuit. Jeudi, une délégation de Tanzanie est venue prendre livraison d’un don du gouvernement malgache. Vendredi, c’était au tour du Tchad. Pour sa part, le Sénégal compte aller vers l’utilisation de l’artemisia et défie toutes les institutions occidentales qui affirment que cette plante utilisée pour soigner depuis 2400 ans n’aurait aucun effet thérapeutique.

JPEG - 107.2 ko

Face à la propagation du coronavirus, les chercheurs de l’IMRA à Madagascar ont trouvé un remède issu de la connaissance des plantes médicinales : le Covid-Organics. Cette initiative suscite des oppositions en Occident notamment, car il remet en cause un modèle issu de la colonisation : les entreprises occidentales achètent à vil prix la matière première, elles font de cette matière première un produit fini avec un packaging, puis elles exportent, notamment vers les fournisseurs de la matière première, le produit fini en décidant elles-mêmes du prix. Avec ce modèle, les producteurs de matière première se font piller, et doivent payer à prix d’or un produit manufacturé qui n’existe que grâce au fruit de leur travail.

Projet d’usine à Madagascar

Avec le Covid-Organics, c’est le projet de construire une industrie pharmaceutique au service de la lutte contre le coronavirus, et donc l’assurance que les bénéfices issus de la transformation de la matière première restent à Madagascar et pas dans les poches des actionnaires d’une industrie du médicament située à des milliers de kilomètres. De plus, l’interdiction d’exporter les plantes médicinales garantit également que la matière première va rester sur place.
Plus de 20 pays ont reçu du gouvernement malgache des livraisons de Covid-Organics. La dernière délégation en date à s’être déplacée est celle du Tchad, vendredi. La veille, c’était la Tanzanie qui était à Ivato. Lors de la cérémonie, le professeur Palamangamba Kabudi, ministre des affaires étrangères de la Tanzanie, a indiqué : « Maintenant, à cause du Covid-Organics, Madagascar est devenue la fierté de l’Afrique. Nous souhaitons la continuité de la coopération entre nos deux pays », a ajouté.

Le Sénégal pour l’artémisia

Pour sa part, le Sénégal a décidé de s’engager en faveur de l’artemisia, principal composant du Covid-Organics. Alors que l’autorité française responsable de la sécurité des médicaments affirme que l’artemisia n’a aucune vertu curative, le Sénégal ne partage pas ce point de vue. Rappelons que l’artemisia est utilisée depuis 2400 ans en Chine en raisons de ses vertus thérapeutiques, et a fait l’objet de dizaines d’études à Madagascar, avec un médicament anti-paludéen déjà commercialisé. Extrait d’un article d’Afrik.com :
« « Le Professeur Daouda Ndiaye, s’agissant du Covid Organics de Madagascar, confirme que « le produit est arrivé, et je dois recevoir des informations ». Toutefois, selon le chef du Service de Parasitologie Mycologie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, « on ne peut pas donner le médicament à une personne sans pour autant l’analyser auparavant ».
Et le Professeur Daouda Ndiaye de révéler : « Nous allons vers l’utilisation de l’Artemisia. De notre côté, sur le plan scientifique, notre feu est vert ». »

M.M.