Santé

Et si les femmes sortaient “triomphantes” de leur accouchement ?

Jean / 9 janvier 2018

[Il faut] « repenser totalement notre vision de l’enfantement. Et si nous ne voyions plus l’accouchement comme un moment de souffrance intense et de complications mais plutôt comme celui au cours duquel la femme reprend pleinement possession de son corps ? Et si les femmes sortaient “triomphantes” de cette expérience qui leur “échappe” et les “meurtrit” ? »

JPEG - 49.7 ko
Photo Phovoir

Ces remarques et revendications agacent nombre de ces obstétriciens que, dans son livre, le Dr Martin Winckler nomme « les brutes en blanc »

Une bataille à livrer pour regagner le terrain perdu au fur et à mesure des 30 dernières années et en gagner jusqu’à ce que disparaissent les accouchements de confort… en réalité du confort des praticiens : accouchements systématiquement provoqués le vendredi pour que l’obstétricien puisse passer son week-end en famille. Et qu’importe la volonté des femmes d’accoucher à terme, quand, l’enfant à naître est prêt et qu’alors s’enclenchera naturellement le processus !

Déclencher un accouchement avant terme, imposer la péridurale et priver ainsi la mère du contrôle sur la naissance de son bébé, pratiquer une épisiotomie sans autre nécessité pour le praticien que celle de lui permettre de gagner du temps, sont des actes contre nature, des violences qu’un vétérinaire n’impose qu’exceptionnellement à un animal.

Et pourtant, lorsque de telles violences sont exercées à l’encontre d’une femme et de l’enfant à naître, les juges pas plus que le Conseil de l’ordre des médecins n’interviennent alors même que le premier principe du serment d’Hippocrate que doit prêter tout médecin pour être admis à exercer son art, (son “sacerdoce”), est « Primum non nocere » : d’abord ne pas nuire.

Jean