Santé

Etat d’urgence sanitaire : la majorité des Réunionnais toujours exclus de nombreux lieux publics

Une minorité réunit les conditions du Pass sanitaire illimité

Manuel Marchal / 15 septembre 2021

A La Réunion, la vaccination progresse lentement dans toutes les classes d’âges. Conséquence : la majorité de la population a moins de droit qu’une minorité, car elle n’a pas accès à un Pass sanitaire permanent.

JPEG - 86.4 ko
Campagne de publicité d’autorités sanitaires en France pour la promotion de médicaments expérimentaux utilisés sous forme de vaccin.

Ce matin, une manifestation à Saint-Pierre a rappelé l’opposition à l’obligation faite aux personnels soignants et aux travailleurs d’autres secteurs de subir des injections de solutions ayant une autorisation conditionnelle d’utilisation sous forme de vaccin dans l’Union européenne. Ceci dégage l’Union européenne de toute responsabilité en cas de problème. Ce 15 septembre est en effet la date d’entrée en vigueur de cette obligation sous peine de mise au chômage sans indemnité, inscrite dans une loi votée à Paris.

Or à la différence des vaccins connus depuis de nombreuses années par les Réunionnais et dont l’efficacité prouvée a permis de sauver de nombreuses vies et de contribuer au quasi-doublement de l’espérance de vie, ces produits ne suscitent pas la même adhésion. L’injonction d’injections (deux, puis trois et bientôt quatre ?) ne contribue pas non plus à favoriser la confiance.

Or, « 10 à 15% des soignants ne sont pas vaccinés et ça risque de poser des problèmes dans les semaines à venir », a affirmé hier le président des spécialistes à l’Union régionale des médecins régionaux au journal télévisé d’Antenne Réunion.
Dans un communiqué diffusé hier, la Préfecture de La Réunion annonce que « 65,9% de la population éligible (de plus de 12 ans) est engagée dans un parcours vaccinal (soit 54,9% de la population totale), 60,3 % de la population éligible présente un schéma vaccinal complet (soit 49,5% de la population totale) »

Rappelons que le « schéma vaccinal complet » permet d’avoir droit à un Pass sanitaire valide d’une durée illimitée, sans rapport avec la durée réelle de protection donnée par les résultats de l’expérience médicale en cours. La campagne menée par les autorités de plusieurs pays pour l’injection d’une troisième, voire d’une quatrième dose au lieu des deux prévues initialement rappelle donc la fiabilité toute relative du Pass sanitaire.

Néanmoins, son obtention permet à son possesseur d’avoir un statut différent dans la société, car selon la loi il peut accéder à des lieux qui sont interdits à la population générale.
Cela signifie donc que 9 mois après le début d’une campagne de vaccination, moins de la moitié des Réunionnais sont considérés comme vaccinés. La majorité de la population ne peut donc pas accéder à un Pass sanitaire permanent, et est exclue en conséquence de nombreux lieux publics dont ceux de culture.

M.M.