Santé

FAFPH Réunion : redresser au plus vite le CHU de La Réunion

Face au plan de licenciements présenté par la direction

Témoignages.re / 21 décembre 2017

Le CHU-Réunion est touché par une grave crise financière. Face au plan de licenciements présenté par la direction, les syndicats se mobilisent. L’un d’entre eux, le FAFPH Réunion, est la cible d’accusations du directeur du CHU-Réunion visant sa soi-disante absence de représentativité. Dans un courrier adressé à Jean-Paul Virapoulle, président du Conseil de surveillance du CHU, le syndicat précise les rôles de chacun (dont celui du Dr Catherine Gaud, porte-parole) et les objectifs de ses actions en faveur du redressement et du développement de notre CHU.

JPEG - 114.4 ko

Le Président de La République et son gouvernement se sont engagés pour la moralisation de la vie publique, qui, pour nous, doit dépasser la sphère politique et concerner tous les serviteurs de l’Etat.

Notre syndicat, la FAFPH Réunion, nouvellement créé à La Réunion par des agents hospitaliers du CHU exerçant différents métiers (médicaux, soignants, administratifs, techniques) dépend au niveau national de la Fédération Autonome. Nous nous attachons à l’affirmation des valeurs Respect, Intégrité et Transparence dans la fonction publique hospitalière à La Réunion, prioritairement à ce jour au CHU de La Réunion.

La défense de ces valeurs se décline en :
- Respect des personnes, des professionnels et de leurs conditions de travail
- Respect des patients dans leur accueil, leur prise en charge et la qualité des soins
- Intégrité et Transparence dans la gestion des deniers publics et des ressources humaines.

Notre équipe se compose notamment de :

- Dr Pierre Vives, Secrétaire général départemental

- Mme Isaline Tronc, Secrétaire générale section Sud et secrétaire générale adjointe départementale

- Dr Catherine Gaud, porte-parole

- Dr Clarisse Mazzola, Trésorière départementale

- Mme Laurence Sadon, Trésorière section Sud

- Mme Marie-Josée Piang-Siong, Trésorière adjointe section Sud.

Nous en avons informé le directeur général du CHU.

Ainsi, chacun de ces membres représente la FAFPHR, comme c’est le cas pour le Dr Catherine Gaud, qui, à chacune de ses interventions ces dernières semaines, s’est exprimée en tant que porte-parole, exclusivement au nom de notre syndicat, en soulevant des problématiques toutes vérifiables.

Saisie de la Chambre régionale des comptes

Face à la situation de plus en plus critique au CHU de La Réunion où les principes de Respect, Intégrité et Transparence sont bafoués, notre syndicat a pris ses responsabilités en saisissant la Chambre régionale des comptes et la Ministre de la Santé le 9 novembre 2017.

Notre CHU a fait l’objet d’une double enquête de l’IGAS en 2016, diligentée par les services de la Ministre de la Santé, sur sa gestion financière puis sur sa gestion managériale. Les professionnels du CHU étaient en attente des résultats de ces rapports de l’IGAS car conscients que la mission de ce service public est d’étudier en détail une situation publique en vue de résoudre sainement les problématiques découvertes.

A ce jour, seule la presse locale a relayé des éléments du deuxième rapport de l’IGAS sur la gouvernance (ce rapport n’ayant pas encore été rendu public) et a évoqué différentes recommandations qui auraient été formulées suite à ces inspections successives.
Ces premiers éléments laissaient sous-entendre une situation très critique quant à la saine utilisation des deniers publics hospitaliers par la direction générale du CHU depuis 2012, à laquelle nous ne pouvions rester indifférents tant pour le sort des 6500 professionnels concernés que pour les patients de La Réunion, de Mayotte et des îles de la zone océan Indien pour lesquelles notre île joue un rôle sanitaire important.

Pour un discours de vérité

Dans le cadre d’un déficit cumulé depuis 2012 que nous imaginons à présent abyssal (presque 100 millions d’euros), les peurs de ces 6500 professionnels s’amplifient chaque jour davantage et il est donc à présent urgent et justifié que l’Etat intervienne pour arrêter l’hémorragie.

Nous avons ainsi demandé à la Ministre un discours de vérité avec communication des éléments concrets mis en lumière par les experts de l’IGAS et demandé à ce que l’Etat prenne ses responsabilités, toutes ses responsabilités, dans la gestion de cette crise car des signaux d’alerte ont été tirés il y a plusieurs mois déjà. Nous lui avons en outre exprimé le fait que si des directeurs étaient réellement mis en cause pour leur très mauvaise gestion des deniers publics au CHU de La Réunion, nous refusions qu’ils soient autorisés à décider des pistes d’économies à mettre en œuvre. Pas de « Juge et partie » au CHU de La Réunion !

La confiance doit à présent remplacer la peur et la suspicion et cela ne pourra se faire que par des négociations entre tous les représentants des personnels (médicaux et non médicaux) et de nouveaux dirigeants, intègres, neutres, objectifs et respectueux tant des professionnels, des patients que des enjeux de santé publique.

La Chambre régionale des comptes, que nous avons également saisie, nous a informés qu’une enquête diligentée par la Ministre de la Santé avait débuté et que le rapport serait rendu fin 2018. Nous avons échangé avec le magistrat en charge du dossier et lui avons fait part de nos fortes inquiétudes concernant la gestion des deniers publics au CHU de La Réunion depuis 2012 et ses conséquences sur la prise en charge des patients.

Détournement de fonds publics

Comme nous l’avons exprimé lors de la conférence de presse du jeudi 14 décembre 2017, s’il s’avère, au regard du rapport IGAS 2 et de l’enquête de la CRC, qu’il y a eu détournement de fonds publics au CHU de La Réunion, notre syndicat n’hésitera pas à porter plainte contre les auteurs.
Nous sommes et resterons pour un management respectueux, intègre et exemplaire au CHU de La Réunion.

Il est par ailleurs de notre devoir à tous de contribuer sérieusement à redresser au plus vite notre CHU et à le développer au regard des ambitions légitimes qui doivent être les siennes, à savoir les enjeux de santé publique à La Réunion et dans la zone océan Indien.
Notre syndicat, pluri-professionnel dans la santé au CHU, entend pleinement prendre également ses responsabilités en ce sens.

Le CHU de La Réunion, fleuron de la France dans cette région du monde, doit être et rester à la hauteur des défis sanitaires de l’océan Indien.

Dans cet esprit, notre syndicat est et restera toujours disponible pour tout échange constructif. Nous vous prions de croire, Monsieur Le Président, en notre très respectueuse considération.

Dr Pierre Vives

Secrétaire Général FAFPHR

Isaline Tronc
Secrétaire Générale FAFPHR Section Sud