Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Politique > Santé

Formes graves de coronavirus : diminution de la protection par le vaccin Pfizer démontrée en Israël

Etude portant sur près de 5 millions de personnes vaccinées avec le médicament expérimental

mardi 2 novembre 2021, par Manuel Marchal


Publiée le 27 octobre dans « New England Journal of Medicine », une étude israélienne menée auprès de 4,8 millions de personnes complètement vaccinées avec le médicament Pfizer confirme non seulement la diminution dans le temps de l’immunité contre l’infection et démontre également que la protection contre le risque de forme grave de coronavirus suit la même proportion. Cette perte d’efficacité est déjà mesurable au bout de 2 mois et explique la flambée de coronavirus et de cas graves parmi une des populations les plus vaccinées au monde avec un produit abondamment utilisé à La Réunion. Continuer sur cette voie signifie contraindre les vaccinés à prendre un abonnement à durée illimitée chez Pfizer financé avec l’argent de la Sécurité sociale, en espérant que ce produit soit efficace contre les prochains variants. Voici le résumé de cette étude.


« Parmi 5 279 926 adultes complètement vaccinés, nous avons retenu les données sur 4 791 398 personnes pour l’analyse principale. Parmi ces personnes, 13 426 avaient un test PCR positif (infection SARS-CoV-2) confirmée et 403 avaient un Covid-19 sévère. » (...) « Israël a suivi le protocole original Pfizer-BioNTech d’administration de la deuxième dose 3 semaines (21 jours) après l’injection initiale chez la plupart des receveurs »

« Immunité décroissante après le vaccin BNT162b2 en Israël »

« En décembre 2020, Israël a lancé une campagne de vaccination de masse contre la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19) en administrant le vaccin BNT162b2 (Vaccin Pfizer - NDLR), ce qui a entraîné une forte réduction de l’épidémie. Après une période sans presque aucun cas d’infection au SRAS-CoV-2 (coronavirus - NDLR), une résurgence de l’épidémie de Covid-19 a commencé à la mi-juin 2021. Les raisons possibles de la résurgence étaient une efficacité réduite du vaccin contre le variant delta et une immunité décroissante. L’étendue de la diminution de l’immunité du vaccin contre le variant delta en Israël n’est pas claire.

Méthodes

Nous avons utilisé des données sur les infections confirmées et les maladies graves collectées à partir d’une base de données nationale israélienne pour la période du 11 au 31 juillet 2021, pour tous les résidents israéliens qui avaient été complètement vaccinés avant juin 2021. Nous avons utilisé un modèle de régression de Poisson pour comparer les taux de Infection au SRAS-CoV-2 et Covid-19 sévère chez les personnes vaccinées à différentes périodes, avec stratification selon le groupe d’âge et avec ajustement pour d’éventuels facteurs de confusion.

Résultats

Chez les personnes de 60 ans ou plus, le taux d’infection au cours de la période du 11 au 31 juillet était plus élevé chez les personnes qui ont été complètement vaccinées en janvier 2021 (quand elles ont été éligibles pour la première fois) que chez celles qui ont été complètement vaccinées 2 mois plus tard, en mars ( rapport de taux, 1,6 ; intervalle de confiance [IC] à 95 % : 1,3 à 2,0). Chez les personnes âgées de 40 à 59 ans, le rapport de taux d’infection parmi les personnes complètement vaccinées en février (lorsqu’elles étaient éligibles pour la première fois), par rapport à 2 mois plus tard, en avril, était de 1,7 (IC à 95 %, 1,4 à 2,1). Chez les personnes âgées de 16 à 39 ans, le rapport des taux d’infection parmi les personnes complètement vaccinées en mars (lorsqu’elles étaient éligibles pour la première fois), par rapport à 2 mois plus tard, en mai, était de 1,6 (IC à 95 %, 1,3 à 2,0).
Le rapport des taux de maladie grave chez les personnes complètement vaccinées au cours du mois où elles étaient éligibles pour la première fois, par rapport à celles complètement vaccinées en mars, était de 1,8 (IC à 95 %, 1,1 à 2,9) chez les personnes de 60 ans ou plus et de 2,2 ( IC à 95 %, 0,6 à 7,7) chez les 40 à 59 ans ; en raison des petits nombres, le rapport des taux n’a pu être calculé chez les personnes de 16 à 39 ans.

Conclusion

Ces résultats indiquent que l’immunité contre le variant delta du SRAS-CoV-2 a diminué dans tous les groupes d’âge quelques mois après la réception de la deuxième dose de vaccin. »



Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus