Santé

L’Afrique de l’Ouest et du Centre en retard sur la riposte mondiale au VIH

Rapport UNICEF-ONUSIDA

Témoignages.re / 6 décembre 2017

Un nouveau rapport souligne le besoin urgent d’une meilleure réponse au VIH pour les enfants et les adolescents.

JPEG - 66.3 ko
Modest Kabango examine Emmanuel (15 mois) sous le regard de sa mère, Celeste, pendant un contrôle à Mfuta en République démocratique du Congo. (photo Karin Schermbrucker/UNICEF)

Plus de quatre décennies après le début de l’épidémie de VIH, quatre enfants sur cinq vivant avec le VIH en Afrique de l’Ouest et du Centre ne reçoivent toujours pas de traitement antirétroviral et les décès liés au sida chez les adolescents âgés de 15 à 19 ans sont en hausse, selon un nouveau rapport publié hier.

Tout en reconnaissant les progrès accomplis dans plusieurs domaines, le rapport intitulé « Accélérer la Cadence : Vers une génération sans sida en Afrique de l’Ouest et Centrale », publié conjointement par l’UNICEF et l’ONUSIDA, montre que l’Afrique de l’Ouest et du Centre est à la traîne sur la majorité des indicateurs en matière de prévention du VIH et des programmes de traitement et de soins pour les enfants et les adolescents. En 2016, environ 60 000 enfants ont été nouvellement infectés par le VIH en Afrique de l’Ouest et du Centre.

« Il est tragique que tant d’enfants et d’adolescents ne reçoivent pas les traitements dont ils ont besoin, simplement parce qu’ils n’ont pas été testés », a déclaré Marie-Pierre Poirier, directrice régionale de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. « Nous devons mieux utiliser les innovations pour accroître le diagnostic précoce et améliorer l’accès au traitement du VIH et aux soins pour les enfants. Par exemple, la technologie de diagnostic au point de service rapproche les tests de l’endroit où les enfants fréquentent les services de santé et l’autotest peut être une bonne option pour les adolescents qui peuvent être plus à l’aise avec cela ».

Hausse des décès

La couverture en matière de thérapies antirétrovirales vitales chez les enfants vivant avec le VIH dans la région est la plus faible au monde car de nombreux pays ont une capacité limitée à effectuer les tests nécessaires au diagnostic précoce du VIH chez les nourrissons. Sans connaître le statut VIH d’un enfant, sa famille est moins susceptible de rechercher le traitement qui pourrait prévenir la tragédie de la mort d’un enfant de maladies liées au sida.

La situation est pire chez les adolescents. Le nombre annuel de nouvelles infections par le VIH chez les 15-19 ans dans la région dépasse maintenant celui des enfants âgés de 0 à 14 ans. Ces nouvelles infections surviennent principalement par contact sexuel non protégé et chez les adolescentes. Tout aussi préoccupant, selon le rapport, est que l’Afrique de l’Ouest et du Centre a enregistré une augmentation de 35 pour cent du nombre annuel de décès liés au sida parmi les adolescents âgés de 15 à 19 ans - le seul groupe d’âge pour lequel les décès liés au sida ont augmenté entre 2010 et 2016.

Alors que la population des jeunes de la région devrait augmenter considérablement au cours des prochaines décennies, en particulier dans des pays comme la République démocratique du Congo et le Nigéria, il est probable que le nombre d’enfants et d’adolescents infectés par le VIH et mourant de causes liées au sida va rester élevé, à moins que la réponse au VIH - à la fois la prévention et le traitement – ne s’améliore considérablement.

Recommandations

Le rapport souligne que les 24 pays qui composent la région Afrique de l’Ouest et du Centre abritent 25 pour cent des enfants âgés de 0 à 14 ans vivant avec le VIH dans le monde.

« Les dirigeants de la région ont approuvé un plan de rattrapage visant à tripler le nombre de personnes sous traitement dans la région - y compris les enfants - d’ici la fin 2018, le problème clé est maintenant d’accélérer sa mise en œuvre », a déclaré Luiz Loures, Directeur exécutif adjoint de l’ONUSIDA. « Les pays devraient d’urgence mettre en place des stratégies plus efficaces pour le diagnostic précoce du VIH chez les nourrissons, et commencer à réduire les inégalités dans l’accès des enfants au traitement. »

Le rapport propose des stratégies clés qui permettront aux pays d’accélérer les progrès dans la lutte contre la propagation de la maladie. Celles-ci incluent :

1. Une réponse différenciée au VIH axée sur des contextes épidémiologiques et locaux uniques dans chaque pays et communauté.

2. L’intégration des services liés au VIH dans les principaux services sociaux, y compris la santé, l’éducation et la protection.

3. L’appropriation communautaire et la gouvernance locale de la riposte au VIH, y compris le travail avec les familles, mieux placées pour aider à réduire la stigmatisation, accéder à la prévention et au traitement.

4. Investir dans les innovations pour éliminer les obstacles à la mise à l’échelle, y compris les nouvelles approches diagnostiques et biomédicales telles que le diagnostic au point de service, l’autotest VIH et la prophylaxie pré-exposition.